• Billet d'humeur politiquement correct

     

     
     
     En règle générale mon sentiment lors des élections, qu'elles soient municipales, cantonales ou présidentielles, c'est qu'au 1er tour le peuple vote et qu'au second ce sont les élites au gouvernement qui rectifient le tir pour faire barrage aux extrêmes et ainsi garder le pouvoir pour eux faisant fi à la plus élémentaires des leçons ; laisser le peuple décider qui doit les gouverner ! C'est à mon sens ce qui s'est passé lors de ces élections cantonales quand on voit le fort score du FN lors du premier tour et sa débâcle réalisée lors du second mais si tout çà s'est fait au nom de la République et de la démocratie alors soit ! Je suis le premier à m'en féliciter. Quoiqu'on en dise, la poussée du Front Nationale continue à être très forte et nous ne devons pas l'occulter. Nous avons tous été témoins que la majorité UMP du Président Sarkozy s'est pris une tôle et que la gauche s'installe très favorablement dans le paysage français sans que l'on puisse parler d'un raz de marée rose néanmoins : Un petit tour d'horizon s'impose.

     

    Comme grand gagnant, nous avons le Parti Socialiste recomposé dans le “bloc de gauche” (europe-écologie, front de gauche, radicaux de gauche, divers gauche) avec 49,9% des voix devant l'UMP et ses 35,87%. Un décompte provisoire donnerait 625 sièges à la gauche contre 241 à la droite ; François Hollande a été réélu en Corrèze, Patrick Devedjian réélu dans les Hauts-de-Seine, Dominique Bussereau réélu en Charentes-Maritime quand à François Goulard il a été élu dans le Morbihan et Jean Glavany dans les Hautes-Pyrénées.

    A droite, JF Copé, Rachida Dati et beaucoup d'autres se disent un peu déçus mais tentent de se rassurer en disant que la gauche -même vainqueur- est très loin des résultats qu'elle comptait faire ; le chef de l'UMP affirme que “la droite doit tirer tout les enseignements de ces résultats et on va évidemment le faire, notamment par rapport à la forte poussée du F.N.” A ce propos, le premier ministre François Fillon a jugé que “son score démontre que le vote protestataire ne doit pas être sous-estimé ni banalisé et que cependant le faible nombre d'élus frontistes montre bien que les citoyens ne veulent pas de solutions extrémistes à leurs problèmes”.

     

    A gauche, la première secrétaire du P.S. Martine Aubry ne cache plus son union avec la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, les deux femmes ont décidé de s'allier le temps de ces cantonales mais sûrement aussi à l'avenir dans un grand rassemblement de la gauche et amener le projet socialiste jusqu'en 2012, dans un an maintenant. La jeune plante dira même qu'il “est agréable de travailler avec elle” en parlant de son aînée et constate par ailleurs que les résultats de l'UMP est une sanction considérable pour Sarkozy au vu de sa politique désastreuse et que les résultats de son mouvement écologiste est “plus qu'encourageant, le nombre d'élus devrait tripler, c'est une immense satisfaction”. Martine Aubry elle, nous ressort un disque usé, une phrase-bâteau pleine de promesses pour des lendemains remplis d'espoirs “notre responsabilité est immense, je vais mettre toute mon énergie à rassembler la gauche pour porter ce projet d'une autre France pour 2012” a-t-elle déclaré sur TFI. “c'est ce que nous allons faire dès le 5 avril en présentant un projet aux français... Car ceux-ci sentent que notre pays a été abîmé”.

      Autre grand vainqueur de ces élections -sans fierté aucune- le taux d'abstention de 56% (qualifié d'historique en France pour ce type d'élection) favorisant comme toujours la montée irrésistible de l'extrême droite. Marine Le Pen s'en félicite en clamant haut et fort enregistrer des montées exceptionnelles entre les deux tours de ces cantonales, que ce soit face à l'UMP soit face au P.S. et jugeant très symbolique la victoire d'un élu frontiste à Carpentras dans la région P.A.C.A. Symbolique parce qu'en 1990 des profanations d'un cimetière juif avait choqué la France entière et que le F.N. avait été indirectement pointé du doigt, médias et gouvernement Mitterrand aidant à la machination politique.

    Le but directif du Front ? Présenter le maximum de candidats possibles quels qu'ils soient, même inconnus, même incompétents afin de mettre en exergue le volume territorial et çà marche ! Même si au final il n'y eut que deux élus concrètement, le procédé fonctionne, on bat les oeufs, çà fait beaucoup de mousse mais çà retombe aussitôt. Le parti d'extrème-droite espère ainsi se battre jusqu'en 2012 de façon similaire. Tout ces candidats-fantômes inconnus pour la plupart ont été arrachés à leur décision de se présenter pour justement justifier cette envolée. Pas de photo sur les tracts, ni d'interviews, ni même de réunions publiques. Roger Marin, 93 ans a récolté 15% des suffrages pour le canton de Blâmont en Meurthe-et-Moselle, n'a pas transformé l'essai mais même si ç'avait été le cas, “je n'irai pas au Conseil Général” a-t-il déclaré.

    Ce procédé anti-élitiste que de présenter à des élections des novices reflête tout à fait la marque du Front National. Cet amateurisme contrôlé commence à émerger dans les esprits, aidé par les médias lorsqu'ils disent que finalement le Front National reste un parti contestataire qui ne veut pas gouverner car lorsqu'on les interroge sur le fond de leur propositions, c'est l'effet pétard mouillé. On comprend mieux à présent pourquoi l'on a cette impression qu'il n'y avait que Jean-Marie Le Pen et maintenant sa fille qui apparaissent exclusivement à la télévision lors d'échanges avec des politiques ou des journalistes, c'est parce que tout les autres ne sont pas à l'aise face caméra ou quasi-incompétents que ce soit dans le verbe ou au niveau du charisme : Les rares fois où Steeve Briois a été vu en interview il bégaie et transpire à grosses gouttes ; Julien Sanchez quant à lui (assez bon lorsqu'il pose des questions à JMLP dans les vidéos du blog FN) ce jeune homme ponctue ses allocutions de “heeuuu”, a le nez dans ses fiches constamment, ou patauge dans son argumentation.../...

    Informations recueillies par Franck Schweitzer  (c) Libération ; (c) le Républicain Lorrain ; (c) le Figaro

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :