•  

     

     Suite à sa tournée gargantuesque en Russie, en Belgique, en Suisse et en France, le tout en 5 mois du 02 Mai au 19 septembre 2009, après s'être produite devant des milliers de personnes aussi bien au Stade de France que dans les Zénith, le 5e spectacle de Mylène Farmer porte un nom de parfum… de souffre, et est une fois de plus décliné sous différentes formes : cd-live, livret-cd édition limitée, quadruple vinyl et bientôt en dvd et en blueray ;


    Discrète, mutine, espiègle, absente, Star ! Ainsi soit-elle.


     http://www.youtube.com/watch?v=JP48ZgTWi80

     

     

     

     


    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

     
     
     
     « la dimension initiatique est l'outil essentiel qui permet au maçon de trouver un sens à son existence et d'insérer ce sens dans celui d'une humanité marchant vers l'émancipation. » © le grand-orient de France.

     

    J'ai le plaisir aujourd'hui de vous présenter un jeune philosophe-sociologue, un ami que j'ai connu étudiant à l'Université de Metz. Entre-autre choses ce passionné de Nietzsche a sorti cette année son premier livre, sa thèse, le travail d'une vie à venir en quelque sorte : « le voyage initiatique du corps –vers une philosophie du lien- » tel est le nom de la bête curieuse. L'auteur a voulu transmettre au sein de ses 157 pages, sa vision personnelle de l'initiation du profane au sein de la loge maçonnique, du lien ou « besoin de reliance » selon ses propres mots, entre l'homme et son corps, enfin la possibilité grâce à l'outil et au savoir, de s'élever spirituellement.

    Mon désir ici est de retranscrire de façon résumé l'essentiel du livre sans passer par le schéma du commentaire-type que les conventions force à nous faire adopter pour les raisons qui sont les miennes, à savoir que je peux être clair sans suivre de structure pré-imposée ; que je n'ai pas envie de le suivre, ou encore que j'en suis pas capable tout simplement. De la manière de travailler un texte de philosophie j'en ai dejà expliqué les grandes lignes sur mon blog lors d'un précédent billet (cf. du non-intérêt d'un trop long texte philosophique) et je le ferai encore. Ce n'est pas perdre la face que de reconnaître mes faiblesses mais bel et bien faire preuve d'une totale lucidité, de sagesse et qui fait de moi un bon philosophe… peut-être même un excellent sujet d'analyse quand aux préceptes inculqués lors de l'initiation décrite dans le travail de Frédéric Vincent : une immersion totale du corps, de l'esprit et de l'âme dans ce qui constitue –pour illustrer- les douzes travaux d'Hercule ; le profane qui passe une série d'épreuves et tend à s'humaniser en se tenant debout, tel « le sujet primitif » qui devient Homme dans toute sa noblesse, se redresse voit la lumière de plus haut, il se meut, accepte de laisser derrière une part de son être imparfait, perd de sa médiocrité pour gagner en grandeur. Voilà en quelques lignes ce que je pense être le résumé de ce que j'ai compris, de ce qui m'a bouleversé dans ces pages, à moins que je fasse erreur je l'écris tel que je le ressens et dans le ressenti je ne trouve que l'exactitude de ce que mon cœur me pousse à dire, il n'y a donc pas de place pour le hors-sujet et de cette lecture il ne saurait en être autrement.

     

    Dans les premières lignes qui suivent je vais en toute conscience faire ma langue de vipère et décrier les pages introductives du livre (et ç'est là le début de mon commentaire) comme une copie-double d'un étudiant de philosophie qui planche sur un sujet de 4 heures en usant de sa bonne volonté à utiliser lieux communs, vocabulaire et autres généralités. En bon élément, l'élève Vincent fait preuve de clairvoyance dans son propos, structure son devoir avec des exemples, étaye ses idées en usant d'arguments divers, ficèle sa rhétorique… et j'en finirai ici de ces mots, de mon quart d'heure de pamphlétique aigri. L'introduction et toute la première partie présentent la franc-maçonnerie comme étant le lieu de vie fraternel, laïque et de pensée constitué d'hommes et de femmes qui cherchent non pas à changer le monde dans les formes mais à y contribuer un peu tout les jours : « ordre initiatique traditionnel et universel fondé sur la fraternité…/… pour but le perfectionnement de l'humanité…/… l'amélioration constante de la condition humaine tant sur le plan spirituel et intellectuel que sur le plan du bien-être matériel. »

     

    C'est réellement à partir du second chapitre que la magie opère. Avec des termes choisis, l'auteur indique pas à pas et pages après pages ce qui attend le futur appenti dans le rituel proprédeutique qui lui est proposé. Je suis agréablement surpris de la bibliographie utilisée, que ce soit les écrits de nos anciens professeurs universitaires que d'auteurs classiques. Je découvre un auteur pleins de ressources qui ne se contente plus de ne citer comme ultime référence Niezsche, Niezsche, Niezsche longtemps utilisé à toutes les sauces dans ses écrits. Un humain très humain, qui donne dans le concret de ses exemples au niveau contemporain, afin d'être compris de tous. Le corps comme objet de reliance dans toutes les facettes de la vie quotidienne, au bureau, dans la rue ou en discothèque. Soudain j'ai peur car plus j'avance dans l'écrit plus je me dis « il va trop loin » dans le détail, dans la précision… quitte à faire tomber les barrières, pourquoi n'en garde-il pas sous le pied ? L'auteur décortique très clairement les rituels, les cérémonies, la façon-de-faire  dans le processus initiatique. Plusieurs fois j'ai eu envie de stopper ma lecture de peur de trop en apprendre… Si par exemple je voulais moi, (soyons fous on ne sait jamais) faire la demande que de rentrer en franc-maçonnerie, en lisant un tel brûlot, j'en saurai dejà trop sur la chose, n'en jetez plus ! Il n'y a aucun doute, l'auteur sait ce dont quoi il parle ! Je regrette cependant l'« explicit lyrics » qui devrait apparaître en introduction du premier chapitre, car une fois lancé dans ma lecture il est vrai que j'ai du mal à m'arrêter, poussé par cette passion dévorante, l'envie d'en savoir davantage même si l'on sait que c'est pas bien… Braver les interdits, lever les tabous… Serait-ce l'ultime but du livre ? Ce qui a poussé l'auteur à l'écrire ?…./…

     

    Je vois là une tentative délibérée, risquée -à mon sens- maladroite mais néanmoins assumée, de vulgariser l'objet de fantasme et de rumeurs que peut constituer une loge maçonnique, l'auteur provoque le lecteur profane et encore plus LE franc-maçon averti en dévoilant suffisamment de choses quand aux cérémonies sans pour autant trahir un secret, à jouer avec l'imaginaire en appuyant ses arguments sur des faits concrets sans pour autant se brûler les ailes… le tout avec une honnêtetée non-dissimulée totale de révéler sans tromperie et dans le but de rassurer la masse populaire qui croierait encore à des quelquonques légendes urbaines leur soufflant à l'oreille des mots tels que « secte » ou « manipulation ». Entendons-nous bien il est beaucoup plus facile de sortir de la franc-maçonnerie que d'y entrer… Une secte c'est tout le contraire !

     

     

     
     

     

     

    Franck Schweitzer

     

    Commentaire libre inspiré de l'ouvrage de Frédéric Vincent « le voyage initiatique du corps » paru en mai 2009 aux éditions Detrad.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
     
     Le 9e opus studio de Robbie Williams sort ces jours-ci, « reality killed the video star » s'inscrit dans la tradition qui est celle de ne ressembler à aucun autre disque du chanteur, le pari est gagné. A la réalisation de cet album figurent des pointures du milieu tels que Guy Chambers, Trevor Horn,Mark Ronson et le groupe électronique Soul Mekanik. Une chanson-hommage à Michael Jackson aurait été inséré dans le tracklisting en dernière minute.

     

    Çà et là se trouvent des titres aux effets rétro très « western » tel un cowboy qui revient à la ville après une longue absence et fait claquer les portes battantes d'un saloon. Tèrs original voire surprenant, les morceaux s'enchaînent parfois sans transition aucune.

     

    1 – morning sun

    2 – bodies

    3 – you know me

    4 - blasphemy

    5 – do you mind

    6 – last days of disco

    7 - somewhere

    8 - deceptacon

    9 - starstruck

    10 – difficult for weirdos

    11 – won't do that

    12 - superblind

    13 – morning sun (reprise)

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

     21 septembre 2009 est une date à marquer au fer blanc : Aujourd'hui sort dans les bacs l'ultime best-of des 27 ans de carrière de Madonna. « Celebration » est disponible en cd simple (pochette noir et blanc), en double cd (pochette couleurs), en double 33T et un double DVD de ses clips vidéos doit voir le jour d'ici peu. Les plus gros standards de ces deux dernières décennies y sont présents sur le double cd en tout cas, le simple s'en voit amputés !!!! on se demande pourquoi !!?? par contre, certains autres morceaux n'apparaissent pas, tels qu'« american life » jugé d'anti-patriotique par les autorités américaines à sa sortie en 2003 et qui fera de Madonna l'une des personnalitées boycottés en partie en radio et en presse. On comprendra que la chanteuse veut toucher le plus large public en proposant une compilation qui plaise au plus grand nombre sans politiser –pour une fois- son travail, mais juste entraîner le public sur la piste de danse, chose qu'elle sait faire le mieux. Parmi les incontournables et idémodables de sa carrière s'y trouvent des tubes aux accents disco pop-dance (like a virgin, holiday, into the groove, vogue, la isla bonita…), aux plus récents au sonoritées plus électroniques voire hip-hop (secret, 4 minutes, ray of light, music…)

    C'est donc 37 tubes ici représentés, qui ont étés choisis par les fans et par la madone elle-même, dont deux inédits « revolver » feat. Lil Wayne ainsi que « celebration » LE tube house qui enflamme les ondes et les dancefloors depuis quelques semaines ; dès le premier album de 1982, Madonna est passée maître dans l'art de faire bouger les gens au sens propre comme au sens figuré. Le clip vidéo du single est décevant néanmoins, pas tant au niveau des images (qui montrent l'entourage artistique de madonna, ses fans ainsi que Lourdes Maria, sa propre fille !!) mais au niveau du son ; il ne s'agit pas de la version originelle mais d'un remix.

    Le second regret étant les versions albums, singles et edits des morceaux, on aurait bien souhaité des versions remasterisés comme sur l'incontournable Immaculate Collection (1982-1990), maintenant on peut aisément comprendre que ce sont ces versions là que le grand public connaît le mieux pour peu qu'ils tendent l'oreille et yaourtisent les paroles ;

    Oublions vite ce bémol et restons concentrés sur ce trésor discographique dont la pochette signée Brainwatch (la photo date un peu) propose un concept « à-la-wahrol » dont le résultat détone ! la pochette intérieur est un patchwork –désordonné mais original- des plus grands clichés photos pour lesquels ont participés des pointures tels que le regretté Herb Ritts mais aussi Patrick Demarchelier, Mario testino, JB Mondino et bien d'autres…


    Bref, un best-of indispensable à posséder absolument dans tout les foyers !


    Franck Schweitzer.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     Après son "are you listening" sorti en 2007, l'ex-chanteuse des Cranberries revient avec un second opus solo "NO BAGGAGE" et c'est un coup de coeur musical -pas du tout objectif- que je veux partager ici, car sa voix si particulière, ses intonations, son univers tout entier est génial et j'adore cte petit bout de femme... Par ailleurs on murmure la reformation du groupe The Cranberries l'année prochaine, mais chuuuttt...  Pour le moment NO BAGGAGE sort ce mardi 25 AOUT 2009 et c'est l'un des évènements musicaux de cette fin d'été. La tournée U.S. étant annulé pour on ne sait quelles raisons obscures, j'espère réellement que Dodo va venir faire un ptit tour par la France pour une série de concerts en Europe.

    Le premier single "the journey" tourne dejà depuis plusieurs semaines sur les télés et les radios ;  Bonne chance pour la suite...
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
     « Sounds of the universe » est sorti chez MUTE le 20 Avril dernier ; enregistré entre Santa Barbara et New-York, ce 12e album studio s'est adjoint les services du producteur Ben Hilier. Le charismatique leader Dave Gahan n'a enregistré que trois morceaux, tout les autres sont l'œuvre du génialissime Martin Gore. Le premier single « wrong » aurait pu être le plus casse-gueule de tous mais finalement l'une des meilleures productions du trio depuis des années.

    Certes le visuel de la pochette n'est pas très vendeur et personnellement la construction des mélodies diffèrent totalement du précédent opus, l'excellent « playing the angel » (2005) ; cependant l'harmonie entre chaques titres donnent un résultat saisissant et l'atmosphère qui s'en dégage est délicieusement troublante et dépressive.



    In chains

    Hole to feed

    Wrong

    Fragile tention

    Little soul

    In sympathy

    Peace

    Comeback

    Space walker

    Perfect

    Miles away/The truth is

    Jezebel

    Corrupt



    SOTU se décline sous différents formats : CD album ; CD+DVD ; CD+double 33T mais la plus agréable surprise reste l'Edition Collector :


    2 livres de 84 pages (l'un contenant les paroles des chansons, l'autre est un album-photos de l'enregistrement) ; 2 badges ; 1 poster ; 5 cartes dans une enveloppe collector ; 1 certificat d'authenticité

    CD1 : l'album

    CD2 & CD3 : de nombreux titres bonus, démos, remixes, versions alternatives

    DVD : reportages, coulisses de l'enregistrement

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     Dispo depuis le 9 mars dernier, « La République des Météores » est le 11e album studio d'INDOCHINE, opus melting-pop, politique, social et varié ; comme un météore il bouleverse tout sur son passage, dévaste et bouscule les idéaux.

    Republika meteor ouverture

    Go, rimbaud go !

    Junior song

    Little dolls

    Le grand soir

    Un ange à ma table

    La lettre de métal

    Le lac

    Republika

    Playboy

    L world

    Je t'aime tant

    Bye bye valentine

    Les aubes sont mortes

    Union war

    Le dernier jour


    On pourra toujours bien évidemment critiquer le fait que Indochine fasse du Indochine toujours et encore depuis plus de 20 ans ; mêmes intonations, mes textes construits bancalement, même univers pervers et sexuel d'ado attardé… Quand la poésie d'une rose flirte avec une lame de rasoir.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Google Bookmarks

    votre commentaire