•  

    màj

     

    Les justes mots d'un autre

     

    Vous savez sans doute à quel point l'absurdité de la vie m'intéresse, m'amuse ou m'exaspère ; il en est une de cette chose abscons que tout un chacun, prisonniers des nouvelles technologies, subissons régulièrement via nos processeurs informatiques, à savoir les MàJ (ou mises à jour).

    J'ai lu une analyse très pertinente dans le Marianne du 9 au 15/01 dernier, signée de la plume de Laurent Nunez -romancier et essayiste français-, le jeune homme emploie les mots qu'il faut pour décrire précisément le syndrome du « serpent qui se mord la queue » profitant toujours aux mêmes : Ces anonymes qui brassent les milliards qui font tourner l'Hypermarché-Monde. Ci-dessous, quelques extraits du billet de Laurent Nunez :

     

    Franck Schweitzer

    --------------------------

    « pas une semaine ne passe sans qu'un écran quelconque nous prévienne d'une « MAJ » disponible et, par conséquent, nécessaire (…/...) Sommés d'être toujours vifs, présentables et en bonne santé, bref, d'être toujours les meilleurs versions de nous-mêmes, nous subissons jusque dans nos loisirs la dictature d'une société qui ne sait que fuir en avant. Plus vite ! Plus grand ! Plus haut ! (…/...) Certains sont heureux de la sorte -heureux d'être toujours à la pointe de la technologie. Mais savent-ils que la pointe, c'est toujours ce qui s'émousse en premier ? Lorsqu'ils téléchargent la nouvelle version d'un logiciel, quels avantages obtiennent-ils ? En fait, ils empoisonnent leur matériel informatique -substituant à un programme qui fonctionnait très bien le même programme, mais plus exigeant sur la capacité du microprocesseur, plus avide de mémoire, consommant plus de batterie... (…/...) Beau et terrible paradoxe : notre désir de perfection accélère l'obsolescence programmée de nos machines. Les mises à jour sont des mises à mort.

    © tout droits réservés. Article de Laurent Nunez pour le magazine Marianne (09 au 15/01/2015) page 73

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • RECETTE PERSO DE CRUMBLE AUX FRUITS ET CHOCOLAT
     
    En fouillant sur mon disque dur, je viens de mettre la main sur le descriptif d'un dessert frais et délicieux que j'avais fait il y a quelques temps déjà ! A refaire, tiens....  :D
     
     
     
    DESSERT fraicheurs printemps
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    tatoo

     

     

    Pourquoi se faire tatouer la peau ? Plus qu'une mode, qu'une tendance le tatoo affiche d'abord une personnalité et une identité. Je suis ce que je suis et à travers mon tatouage, je livre une partie de mon information, de mon histoire, mon vécu. « Au Taboo pas besoin de bagou, son épaule est tattoo, là sur sa peau gravé, à l'encre bleue dessiné... » chantait Etienne Daho. Aujourd'hui monsieur tout le monde se fait tatouer, cette petite folie corporelle dépasse le cliché du baroudeur rock n'roll mal rasé et viril, les plus bcbg des cadres ont marqué leur épaule ou leur mollet. Femme ou homme il y aurait des endroits stratégiques sur le corps où chacun y trouverait son compte : pied généralement chez les femmes, épaule ou torse pour l'homme.

    « ce qu'il y a de plus profond en l'homme, c'est la peau » P.Valéry

    L'homme tatoue son corps depuis la nuit des temps ; en mythologie sous Homère, se colorier la peau par des motifs indélébiles est une façon symbolique de vouloir séduire les dieux, les honorer ou se substituer à eux. Dans les groupes ethniques ou religieux comme par exemple chez les femmes berbères chez qui le tatouage fait de lignes est une marque d'appartenance à sa tribu mais le tatouage sert aussi à se camoufler, à se cacher de l'ennemi, parfois aussi à montrer son appartenance à un groupe, sa virilité face à un rival, son pouvoir de séduction face à sa partenaire. L'homme ainsi, imite la nature.

    Le saviez-vous ? Il était de coutume par exemple pour un bagnard de se faire tatouer le dos du visage du Christ afin d'échapper à la flagellation !

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

    astuce

     

     

     La période estivale est souvent synonyme de régime et de « faire attention » parce que l'ambiance soleil-plage-farniente sont autant d'éléments qui nous font faire attention à notre physique, mais pourquoi finalement ? Le regard des autres ? Pour quelles raisons absurdes nous pourrions manger gras le restant de l'année, car après tout le gros pull et le pantalon sont de mise, personne ne remarquera nos bourrelets ! La solution à nos problèmes de poids et de physique résident dans une chose : Assumer ses rondeurs et se fiche du regard des autres ! Pas toujours facile car parallèlement à la politique de la silhouette parfaite des mannequins sur papier glacé retouchés par photoshop, être en bonne santé est une préoccupation qui malheureusement passe au second plan, au grand dam de notre médecin de famille. Cures macrobiotiques, régime dissocié, soupe aux choux...

    A force de tortures alimentaires, la plus petite récompense est la bienvenue, quelques kilos en moins pour remodeler ce corps de rêve. Evidemment les charlatans s'engouffrent dans ce créneau juteux en proposant gélules, tisanes et autres jeunes et bien sûr souvent çà marche... sur les autres et l'on aimerai pouvoir faire pareil seulement le revers de la médaille : on craque et on reprend son poids de départ + les intérêts ! Quelle solution préconisez-vous docteur ? Amphétamines ou diurétiques usent l'organisme et dérèglent le métabolisme et on peut s'en sortir avec une santé définitivement détraquée.

    Parmi les régimes alimentaires les plus fous et néanmoins dangereux on notera le régime dit « atkins » né dans les années 70 il conviendrait de supprimer les sucres car les graisses s'y fixeraient, autrement dit on ne mange plus que viandes, oeufs, beurre, mayonnaise. A l'inverse le régime « mayo clinic » très hypocalorique (600 à 800 calories/j) il ne dure que deux semaines mais on supprime totalement produits laitiers et graisses et ce, sur 3 repas quotidiens. N'oublions pas le régime « couleur » qui consiste à ne manger que des aliments de couleur noire par exemple (radis, raisin, courgette, réglisse...) Non sérieusement, on ne le répêtera jamais assez :

    - faites 3 repas par jour ;

    - mangez de tout mais avec modération ;

    - limitez les graisses sans les supprimer ;

    - autorisez-vous quelques écarts ;

    - faites du sport ;

    - buvez de l'eau, beaucoup d'eau

     

    Si ces 6 réflexes ne sont pas automatiques, peut-être aussi faut-il de se demander pourquoi on mange trop et mal ; une majorité d'individus mangent non parce qu'ils ont faim mais pour combler un manque, résoudre les difficultés de la vie ; il est donc nécessaire d'entamer une vrai réconciliation avec ce que l'on mange et boit pour pouvoir se sentir mieux avec soi-même et du coup avec les autres.

    Une fois ces fondamentaux assimilés, il est des modes alimentaires pendant l'été qui a le vent en poupe chez les moins de 40 ans notamment, manger cru : viandes, poissons, légumes. Quoi manger et comment ?

    * la viande : plutôt cuite car elle n'a aucun intérêt nutritionnel à être mangée crue, les protéines et le fer qui s'y renferment ne sont pas détruits à la cuisson, en revanche les bactéries s'y développent à loisir. Evitons cette viande crue en tartare et en carpaccio.

    * le poisson cru c'est selon : il apporte des oméga 3, substances qui eux ne résistent pas à la cuisson exception faite de la cuisson vapeur, il convient quand même d'acheter du poisson bien frais, de ne pas le conserver au réfrigérateur plus de 48h et de le faire mariner dans du jus de citron, grâce à son PH acide, il empêche les germes de se développer.

    * les légumes crus, c'est manger plus de vitamines mais il faut les acheter frais, les conserver à l'abri de la lumière, les laver soigneusement, les peler un peu mais pas trop et les consommer dans les trois jours.

    Google Bookmarks

    votre commentaire

  • LE BLURAY VA-T-IL REMPLACER LE DVD ?

     

    Le Blu-ray va bien nous dit-on ; avec des ventes en hausse de 20% par rapport à l'an dernier, ce support pourrait perdurer sur les oooh allez 5 prochaines années du moins avant d'être détrôner lui aussi, par un autre produit marketing plus petit, plus rapide, plus performant. C'est çà le XXIe siècle : tout s'achète, se jette et se rachète et c'est comme çà qu'on fait tourner l'économie. Les premiers prototypes virent le jour à l'automne 2000, ce support de 12cm de diamètre et de 20gr possède les spécificités qu'un DVD n'a pas ; une possibilité de connection internet, une base de données informatique sur le film, pouvoir discuter online avec ses amis en sur-impression du film... le même schéma économico-culturel se répête depuis ses 30 dernières années, aussi bien en terme de cinéma qu'en terme de musique : le dvd a remplacé la cassette vidéo et le disque laser a remplacé le vinyle (en tout cas dans le grand commerce, je ne parle pas des magasins spécialisées de collection, des brocantes...)

    Dans un article du magazine Epok de février 2004, Jean-Marc Bel ancien directeur général d'EMI évoque la crise du disque (déjà en 2004 !) ; « à l'exception des quelques disques qui dépassent le million d'exemplaires, le CD n'appartient pas au domaine de la grande consommation... Les labels sont contents lorsqu'ils vendent 30 000 copies en France... Le DVD est un nouveau support de diffusion sonore qui comme internet, pourra soutenir le financement de la filiation musicale, le DVD musical étant un nouveau apport financier pour les maisons de disques. » il avoue par ailleurs que « le DVD est un clair concurrent au CD » donc on peut transposer cela aujourd'hui à d'autres supports qui nous intéressent, et si en 2004 l'outil informatique et de téléphonie mobile supplantaient déjà leurs ainés sur bien des points, ce ne fut que les balbutiements.

    Alors, le DVD survivra-t-il au Bluray ? Clairement non !

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire