• Education Nationale : copie à revoir

     

     

     Je constate que depuis des décennies à chaque nouvelle rentrée scolaire, les mêmes problèmes refont surface : violences de tout genres, démotivation des élèves à apprendre, additionnée à celle des professeurs qui arrivent en classe la peur au ventre de se faire poignarder parce qu'ils auraient puni l'adolescent… mais dans quel monde vit-on ? A chaque rentrée scolaire et universitaire le même cirque recommence, rares ont étés les ministres de l'Education Nationale des gouvernements passés à avoir pu faire voter une loi sans créer de polémiques, de manifestations musclés ou de prises en otage d'établissements. Depuis 1996 aussi loin que JE m'en souvienne, par esprit de contrariété on a l'impression que les lycéens et étudiants sont manipulés à descendre dans les rues par des associations diverses et les mouvements de gauche et d'extrême gauche, une manière de provoquer en toute subjectivité la droite chiraquienne et maintenant sarkozyste ??!! en refusant tout changement ou modification de ce qui fait problème (programme scolaire, salaires, status, social, examens et concours…) en faisant marche arrière à chaque fois que les uns critiquent ou en s'obstinant à aller jusqu'au bout ; rien ne fonctionne… Pourtant il y a bien des problèmes O combien complexes au sein de l'Ecole et de l'Université mais si d'un côté on veut que çà change et que de l'autre on tue dans l'œuf la moindre tentative de faire bouger les choses... Où est la logique là-dedans ? Pourquoi tout ce paradoxe et cette absurde entêtement ??  Si un réel changement doit s'opérer, qu'il se fasse avec ou sans l'approbation des masses, pour qu'enfin on puisse être fier de porter très haut dans toute l'Europe et à travers le monde les valeurs de l'école française publique et privée... et bien soit !!! Et comme la polémique est portée, le mieux à mon avis serait de faire passer les réformes, les décrets et les lois pour le bien commun sans en faire une monumentale campagne publicitaire hurlée à qui veut l'entendre, mais en douceur tel un camouflet, peut en importe le prix, du moment que la chose se fasse : au diable le tollé, une fois que c'est fait, c'est fait. Procédé totalitaire me direz-vous ? oui et alors !! si çà fonctionne à échéance, qui s'en plaindra ?

    Voici quelques unes des propositions qui me sont passés par la tête, non exhaustives, toutes hypothétiques et sans vraiment me faire une idée quand aux conséquences qu'elles pourraient avoir dans le réel ;

     

    Pour ce qui est de l'école élémentaire : sensibiliser les enfants au travers de jeux et d'activités manuelles aux sujets touchant les minorités (la laïcité d'une part et le religieux de l'autre, les personnes de couleurs et de sensibilité religieuse ou idéologique différentes, les femmes et les homosexualité notamment) ; réapprendre le respect entre les personnes et le respect de soi-même finalement ; le respect des animaux et de la nature ; et en règle générale, l'indulgence et la tolérance… parce que certains parents abandonnent un rôle pourtant essentiel, le professeur se doit de jouer celui du médiateur entre les parents et la société dans laquelle l'enfant devra s'épanouir. Les grandes villes et la difficulté de rapprochement entre l'école et la famille ne devrait plus être un problème, si dans les provinces et les villages une telle chose est possible, elle doit l'être également partout ailleurs !

    Au niveau du programme, je pense qu'il est nécessaire de consacrer une heure ou deux par semaine durant l'année de CM2 et de façon ludique, à préparer l'enfant à son entrée au Collège, sous forme de jeu de rôle afin d'appréhender au mieux cette nouvelle expérience quelque part bouleversante (emploi du temps, différents cours et différents professeurs, rythme plus soutenu, davantage de devoirs et d'organisation pour l'élève qui deviendra collégien).

     

     

    Au collège, il conviendrait de poursuivre cette campagne de sensibilisation en T.D. et en groupe au travers d'exposés oraux, écrits, de débats entre professeurs et élèves, le dialogue est plus que nécessaire à ce niveau… Rien n'est plus insupportable d'écouter sagement le professeur, de boire ses paroles sans réagir sous prétexte qu'il détient le savoir. Dans cet optique, le but est de responsabiliser les jeunes et ainsi combattre les préjugés.

    Ma seconde idée se mesure au niveau de l'intégration et de la responsabilisation ; les élèves volontaires des classes de 4e et 3eguideraient leurs cadets de 6e et de 5e ; l'on nommerai un(e) élève « grand frère » qui serait là pour les conseiller sur les cours, les démarches administratives, l'accueil, l'accompagnement et la visite des locaux. Cette démarche relancerai la dynamique de l'implication du parent et/ou du tuteur dans la vie scolaire et du suivi de l'élève et ce, de manière systématique. A long terme cela favorisera le développement et l'autonomie dans le travail et non plus l'assistanat que l'on nous sert encore et toujours ; il tient de rendre l'élève responsable de ses choix et de son avenir (encourager les activités extra-scolaires, associatifs, culturels, sportifs & les séjours linguistiques au sein même du programme scolaire).

     

    Concernant le programme scolaire justement, faire la part des choses en laissant souffler le collègien, lui proposer des alternatifs, ne pas imposer systématiquement telle ou telle chose qui de toute façon ne le suivront pas dans sa vie future (l'utilisation d'un compas ou les équations à deux inconnues notamment) des leçons qui ne l'intéresse pas et de ce fait, ne fera jamais augmenter sa moyenne bien au contraire. Par exemple tout les élèves auraient un programme commun avec les matières principales (français, anglais, mathématiques, histoire/géographie/éducation civique, sciences physiques&SVT) mais aussi d'autres matières au choix (sport, dessin, musique, informatique, langues vivantes –allemand, italien, espagnol-, ateliers cinéma/théatre/travaux manuels & jeux de société/ de rôles…)

     

    Je finirai ici en posant la question de savoir à quoi sert aujourd'hui plus qu'hier le Brevet des Collèges, appelé autrefois le BEPS qui a mon sens est totalement inutile et désuet ; il ne sanctionne en rien l'entrée de l'élève dans l'enseignement supérieur, il n'est pas du tout révélateur des connaissances du collégien et surtout il ne se limite qu'à trois matières (français, maths, histoire/géo) !!!!??

     

     

    Dans un prochain texte j'évoquerai plus en détails la notion de droit et de devoir du professeur et de l'élève ; le concept de punition est-il nécessaire ou inutile ? répressif ou constructif ? Je parlerai enfin de la réforme du lycée…

     

     

    Franck Schweitzer.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :