• jim henson

    James Maurey Henson né le 24 septembre 1936 dans le Mississippi et mort d'une pneumonie bactérienne à l'âge de 54 ans le 16 mai 1990.

    Encore étudiant, il travaille pour la chaine WTOP-TV dans la création de marionnettes pour une émission enfantine du samedi matin. Il créé dans la séquence « Sam and Friens » la marionnette qui deviendra sa mascotte à travers le monde, Kermit la grenouille et mettra en oeuvre la technique qui va révolutionner le genre à la télévision et permettre au manipulateur de travailler hors-champ, donnant ainsi vie à sa marionnette personnifiée comme un vrai acteur.

    Les années 60 : ses personnages, notamment le couple Kermit la grenouille et Piggy la cochonne (Peggy en France) dont le couple improbable fait le succès chez les ménagères et sont régulièrement invités dans diverses manifestations télés ou autres. En 1963 James et son épouse emménagent à NYC où ils fondent la société Muppets Inc. Un certain Frank Oz rejoint le couple ; d'abord connu pour de piètres productions ou films expérimentaux, ce n'est qu'en 1968 que naît l'émission culte Sesame Street (adaptée en France quelques années plus tard sous le titre « 1 rue Sésame et en Allemagne sous « SesamStrasse » avec deux personnages emblématiques tout en poils et en plumes Tiffy -en rose- et le monstre géant brun Samson -prononcez Zamzonn-

    Les années 70, à Londres sera créé « le muppet show » conçu comme un spectacle de Vaudeville animé par Kermit, la mise en scène est réalisée comme une vraie émission télé avec diverses séquences, des sketchs, des chansons parodiques et de courts feuilletons.

    En 1979, Jim Henson fonde le « Jim Henson's Creature Shop » qui est un atelier de création pour le cinéma et la télévision, parmi les plus célèbres : « farscape » ; « la petite boutique des horreurs » ; « docteur doolittle » ; « babe le cochon devenu fermier »... dans le même cas est créé la « Jim Henson Foundation », destiné à promouvoir et à développer l'art du marionnetisme aux Etats-Unis.

    Les années 80 voient la consécration des Muppets au cinéma avec un premier volet « Muppets-the movie » qui sort en 1979 mais il faudra attendre « le noël des Muppets » 8 années plus tard le second long-métrage en 1987 puis « les Muppets à Disney World » en 1990, « l'île au trésor des Muppets » en 1996, « les Muppets dans l'espace » en 1999, « le magicien d'Oz des Muppets » en 2005 enfin à ce jour « le retour des Muppets » en 2011. Par ailleurs les marionnettes de Henson font quelques apparitions remarquées dans des films fantastiques à destination d'un public familial « dark crystal » en 1982 ou encore « Labyrinth » en 1986 (avec Jennifer Connelly et David Bowie).

     

    60-jim muppets

     

    Durant les années 80 et 90 les productions Henson se diversifient pour la télévision soit en séries soit en dessin animé : « fraggle rock » de 1983 à 1987 ; « muppet babies » de 1984 à 1991 ; « monstres & merveilles » en 1987 ou encore « dinosaures » entre 1991 et 1994. De mars 1996 à février 1998 sera diffusé « les muppets » sur le réseau américain ABC. Les voix françaises seront doublés par Luq Hamet, Gérard Rinaldi, Julie Arnold ou encore Claire Nadeau. En 2006 Sébastien Cauet tente de ressuciter les mythiques marionnettes avec « Muppets TV » entre octobre et décembre mais faute d'audience, TFI supprime le programme au bout de dix épisodes seulement.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    nostalgie ava,nt
     
     

    Avant y'avait quoi à la télé ?

    Les tout premiers programmes destinés à la jeunesse n'étaient pas nombreux et c'est réellement dans les années 60 et 70 que commençait à poindre les premières émissions du genre et les dessins animés. l'ORTF ne possédait seulement que trois chaînes, d'abord en noir et blanc puis en couleurs ; mais avant çà je veux dire, qu'en remontant jusqu'à l'après-guerre on trouve déjà des brides d'émissions pour nos jeunes téte blondes mais franchement demandez aux grands-parents qui eurent à l'époque la chance d'avoir un poste de télévision à la maison qui se souvient du « club du jeudi » entre 1950 et 1961 ou encore de « l'antenne est à nous » entre 1957 et 1965 ? personne. Le plus ancien de ces programmes qui résonne dans l'inconscient collectif c'est « la séquence du jeune télespectateur » diffusé de 1961 à 1972 ou encore « la courte échelle » qui ne dura qu'une seule année de 1974 à 1975 mais dont nos parents se souviennent un peu. Je veux faire ici une parenthèse en précisant que je suis un jeune trentenaire né en 1979 et donc que je fais partie des chanceux qui ont baigné leur enfance et adolescence dans ce que la télévision a apporté de mieux en terme d'animateurs-vedette, de chansons de génériques et de richesse en terme de diversité toutes chaînes confondues publics et privées, hertziens, câble et satellite. Je ne compte donc pas m'attader sur ce qui s'est fait avant 1979 ou en tout cas juste y laisser quelques lignes en guise de fil conducteur. L'âge d'or du dessin animé et artefacts est, et restera de 1983 à 1997, qu'on se le dise et ce, en toute objectivité, non je plaisante je parle pour ma pomme car avant 1983 même déjà au monde, j'étais trop petit pour me rendre compte et après 97 trop préoccupé par le lycée, j'ai délaissé l'outil pour préférer et découvrir l'informatique et le web. Il faut bien dire que la télévision à elle aussi depuis septembre 1997, délaissée son jeune public en ne proposant à la génération « loft story » que de la merde, au pire fait du réchauffé en proposant des rediffusions, des remakes ou des suites, quand c'est pas le cinéma qui s'y met ; c'est dire l'inventivité de nos créateurs !

     

     

    l'héritage des sixties

    le manège enchanté fait désormais partie du paysage audiovisuel, c'était l'époque où la création prenait le pas sur tout le reste, où dans les yeux de chaque adulte on decelait encore des poussières d'étoiles. Alors bien sur aujourd'hui on regarde çà avec tendresse, l'ensemble a très mal vieilli mais on peut noter quand même qu'il n'y a aucunes niaiseries ni aucunes violence dans les gestes ou les paroles. Actuellement l'ambiance et la trame bon enfant du manège enchanté on pourrait les comparer aux aventures de « oui-oui ». A l'origine, ce sont pas moins de 500 épisodes (les 13 premiers en noir&blanc) de 5 minutes chacuns qui furent diffusés sur la première chaine de l'ORTF à partir de 1964. Le Manège a eu un succès retentissant traduit en une trentaine de langues et exporté dans 98 pays du monde ; en 2005 un film d'animation « pollux, le manège enchanté » sort sur grand écran en France avec un très beau casting niveau voxographie et en 2007 de nouveaux épisodes couleurs de 11 minutes chacuns sont commandés. Disney rachète les droits.

     

    60-Bonne nuit les petits

    bonne nuit les petits m'énerve considérablement, ce court programme représente beaucoup pour toute une génération j'en suis bien conscient, mais il n'y a pas de programme aussi conventionnel et politiquement correcte que les échanges gniangnian de Nounours, Nicolas et Pimprenelle ! Le schéma est toujours le même : à la nuit tombée lorsque vient l'heure pour les enfants obéissants d'aller au dodo, le marchand de sable -allégorie personnifiée- arrive sur son nuage blanc accompagné d'un ours, il laisse tomber une échelle en bois et rentre par la fenètre de la chambre de deux enfants, donc mineurs vous l'aurez compris ! Perso, je suis parent je reste vigilant quand au fait qu'un inconnu à la grosse... voix puisse pénétrer dans l'intimité de mes gosses (je vois le mal partout !) après quelques rires et anecdotes sympathiques où nos bambins affirment bien travailler à l'école et rendre fiers leur entourage, il est temps de s'endormir « ho ho hoooo » gentiment sans faire de caprices ! Voilà une bonne dose de pédagogie pour la génération de nos parents, c'est si bien martelé dans les esprits que les générations d'enfants qui suivirent furent éduquer sur ce modèle.

     

    Les autres programmes phares des 60's : aglaé et sidonie, heckle & jeckle, kiri le clown, pépin la bulle, les shadoks, les aventures de saturnin, les sentinelles de l'air

    heart

     

    Les émissions phares des années 70

     

    1/ L’île aux enfants : la madeleine de Proust par excellence.

    L'émission comptait pas moins de 968 épisodes d'une durée de 20 minutes et diffusée entre 1974 et 1982.

    il faut souligner une chose importante quant à la diffusion du programme, c'était d'abord la 3e chaine de l'ORTF puis FR3 Paca qui diffusa le programme durant les 5 premiers mois (du 16/09/74 au 14/02/75 précisément) puis TFI repris le flambeau du 17/02/1975 jusqu'à la fin le 30/06/1982.

    J'ai très peu de souvenirs de cette émission qui ne m'a pas marqué plus que cela outre mesure malgré les rediff, faut dire qu'en 82 j'avais 3 ans et qu'à partir de cet âge-là je découvrais autre chose. Cela dit beaucoup de comédiens y ont faits leurs débuts (Smaïn, Marie Myriam...) Il y avait notamment des séquences animées, des chansons, des petits sketchs et beaucoup de marionnettes ponctuaient les rubriques. L'aspect novateur, décalé et très original qui fut repris par la suite c'est le fait que de vrais animateurs/comédiens évoluent sur le plateau en donnant la réplique à des marionnettes. La recette a du succès d'autant plus que dans l'imaginaire d'un enfant, voir un personnage fait de chiffons à plumes, poils ou autres matières qui discute avec le commun des mortels, beaucoup de psy travaillent sur ce sujet et pourraient dire beaucoup, mais c'est tout simplement magique et terriblement émouvant. Je reviendrais là dessus mais pour la petite histoire, il y a une vidéo sur youtube peu connue en France (car l'émission a eue lieu en Belgique) où le célèbre marionnette Tatayet -qui fit les heures de gloire des émissions de Patrick Sébastien- est laissé pour abandonné dans une salle de classe de maternelle et interpelle les enfants de passage venus récupérer un objet que la maîtresse leur a demandé et voilà ce que çà donne... >>> http://www.youtube.com/watch?v=n5b8mHK14JE

    Pour moi, les 3 points marquants de « l'ile aux enfants » sont :

    - la chanson du générique ;

    - le gloubiboulga dont la recette est tout aussi improbable que le goût en est immonde (confiture de fraises, banane écrasée, chocolat en poudre... jusque là çà va mais ajouté à cela des anchois, de la moutarde et de la saucisse crue je vous laisse imaginer)

    - le personnage de Casimir « le monstre gentil » de couleur orangé qui ressemble d'avantage à un espèce de dinosaure ; là encore pour dédramatiser la peur des enfants autour de leurs cauchemars, il existerait donc des monstres inoffensifs car de tout temps, les terreurs nocturnes tournent souvent autour du monstre dont on ne voit jamais le visage mais dont on sait qu'il mange les enfants, qu'il se cache dans la cave, le grenier, la penderie ou sous le lit, qu'il a des griffes, des poils et des yeux jaunes terrifiants, donc.

    Si Casimir est le premier symbole de toute une génération, Dorothée en est le second et non des moindres !

     

    Les rediff du programme couvrent plusieurs décennies : sur Canal J de 1993 à 1998 vers 18h où les meilleurs épisodes furent diffusés puis sur France 5 en 2002 et 2003, une centaine d'épisodes.

    La folie autour du monstre orange ne s'arrête pas là, Yves Brunier celui qui est à l'intérieur (aah ben oui je vous l'ai pas dit, en fait c'est un homme qui manipule Casimir, un mythe s'effondre hein, ben ouais !) donc Yves Brunier est encore à ce jour l'invité récurrent d'émission TV en pleine périodes revival des eigtheis et ce, depuis le début des années 2000 et une soirée à thèmes sera aussi déclinée dans plusieurs zéniths de France plusieurs années consécutives, « la gloubiboulga night » où des milliers d'inconditionnels trentenaires se réunissent déguisés ou non dans une ambiance de folie afin de visionner sur écran géant près de 3H d'extraits de dessins animés, génériques et chansons de l'époque.

    Un site français très bien fait à l'adresse suivante : www.casimirland.com/

    ------------------------------

    2/ les visiteurs du mercredi

    « les visiteurs du mercredi » fut le programme monopole du mercredi après-midi lorsqu'on a commencé à considérer l'enfant comme un télespectateur à part entière et parce que la programmation n'était pas si diversifiée que cela, (on commençait à apprivoiser la TV n'oublions pas) il y avait suffisamment de séquences pédagogique pour que toute la famille soit rassurée et en profite. Plus de 5h hebdomadaire de programme jeunesse pour tenir en haleine le jeune esprit du télespectateur ; c'est la première émission du genre qui a ouvert l'âge d'or du programme jeunesse à la télévision française. Quelques années plus tard, on accusait Dorothée et ses acolytes de monopoliser l'antenne, de qui se moque-t-on ? Le mercredi étant devenu le jour de la semaine où « ya pas école ! » la télé s'en donna à coeur joie, en proposant une émission-fleuve entièrement en direct divisé en trois parties s'adressant ainsi à toutes les tranches d'âges du gamin à l'adolescent ! « les visiteurs de noël » était une émission spéciale diffusée durant tout le mois de décembre et les vacances de fin d'année reprenant la même formule originale, seuls les décors furent modifiés à l'image de paysages enneigés, de sapins et de feu dans la cheminée. L'audience du programme déclina cependant avec l'arrivée sur le service public du raz-de-marée RécréA2, plus dynamique qui finit par ringardiser « les visiteurs » en terme d'image et d'impact.

     

    diffusée de 1975 à 1982 chaque mercredi à partir de 13h30 sur TFI

    animée par les animateurs vedettes de la Une (entres-autres) Dorothée, Claude Pierrard, JP Pernaut, Patrick Sabatier, Henri Dès, Nicolas Hulot, Garcimore, Gilles Arthur, Michel Chevalet, P-Emile Victor

    produit par Christophe Izard

    durée : 5h30

    public visé : 6 à 15 ans

    contenu : jeux, séquences éducatives et ludiques, sport, actualités, séries et dessins animés (félix le chat, speedy gonzales, soubidou, capitaine caverne, hong kong foufou, les fous du volant, le club des cinq, les schtroumpfs, les pierrafeu...)

    ------------------------------------

    3/ rue sésame (voir page spéciale sur Jim Henson)

    selon le pays où elle est diffusée ou l'année, l'émission a vu son titre modifié plusieurs fois :

    * « Bonjour Sésame » en France de 1974 à 1976 fut d'abord une rubrique de l'Ile aux enfants ;

    * « 1, rue Sésame » comme émission à part entière, diffusée sur TFI de 1978 à 1982 (environ 80 épisodes) ;

    * rediffusions en 1992 sur FR3 ; en 1995 sur France 5 puis en 2005 sur France 5 où elle fut rebaptisée « 5, rue Sésame » avec 75 nouveaux épisodes.

     

    Synopsis : les aventures de plusieurs personnages emblématiques à cette émission-ci -marionnettes de Jim Henson- habitants la rue Sésame dans un quartier imaginaire de Paris. Ce sont surtout les séquences additionnelles de l'émission qui ont marqué. Au travers de petits sketchs souvent éducatifs mais toujours drôles, on retrouvait les interventions de Kermitt la grenouille du Mupett show, le comte Vampirouette obsédé par le fait de compter tout ce qui l'entoure, Grover et son restaurant ou encore le monstre Macaron toujours en train de dévorer quelque chose, surtout des gâteaux, enfin le duo hilarant Bart et Ernest à qui il arrive toutes sortes d'aventures dans la maison qu'ils partagent. Tout ce petit monde se croise au gré de leurs aventures respectives. Ajoutons encore que 1, rue Sésame était aussi ponctuée de très nombreuses petites séquences destinées à apprendre quelque chose au jeune téléspectateur. (c) synthèse depuis le site planete-jeunesse

    ---------------------------------------

    4/ Entre janvier 1975 et septembre 1986 FR3 jeunesse fut le titre d'une émission sans en être une puisque sans animateurs ni bande-annonce, ni même de lançement de programme, seule une séquence inoubliable d'un mille-pattes de couleur rouge qui monte en mongolfière, néanmoins les dessins animés diffusés les uns à la suite des autres furent pour la majeure partie d'entre-eux repris à partir de 1986 dans Amuse 3 et restent rattachés à l'image de la troisième chaîne :

    • boumbo

    • belle et sébastien

    • bouba

    • le croc-notes show

    • les entrechats

    • gilles et julie

    • il était une fois l'homme, la vie, l'espace

    • inspecteur gadget

    • lucky luke

    • muppet babies

    • molierissimo

    • les petits malins

    • signé cat's eyes

    • tortues ninja

    • ulysse 31

    A noter qu'avant cette émission « FR3 jeunesse », la troisième chaine proposait de 1972 à 1975 « jeunes années » puis les toutes premières diffusions de « l'île aux enfants » en 1974 et 1975, à peine durant 5 mois, avant d'être repris par TFI lors de l'éclatement de l'ORTF.

     

    les principaux dessins animés des seventeis

    barbapapa 1974 ; albator, le corsaire de l’espace 1978 / albator 84 ; candy 1978 ; goldorak 1978 ;  il était une fois… l’homme 1978 ; maya l’abeille 1978 et capitaine flam 1979

    Les autres D.A. phares des 70's :

    oum le dauphin en 1971 ; chapi-chapo en 1974 ; calimero en 1975 ; hong kong fou fou, gédéon en 1976 ; l’araignée, la ligne, waldo kitty en 1977 ; papivole et la bataille des planètes en 1978 ; pancho et rancho, san-ku-kai et vic le viking en 1979

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    nostalgique, moi ?

    Ce texte d'introduction est un chapeau à une nouvelle et longue série de textes faisant référence aux programmes jeunesse et personnalités de la télévision des années 70 à nos jours, j'écris à la première personne du singulier faisant appel à mes propres souvenirs d'enfant et d'adolescent, mais je pense que bon nombre d'adulescents s'y reconnaîtront aussi : Souvenez-vous aussi loin que cela est possible dans vos mémoires, le piquant d'un bonbon acidulé sur la langue, le moelleux d'un canapé trop grand où l'on se blottit sous la couette, une lumière tamisée dans le salon cosy de ses parents où vous vous trouvez, à quelques mètres de là crépite un feu de bois dans la cheminée : Douceur, légèreté, insouscience et excitation donnèrent à mes jeunes années -et aux vôtres- un goût incomparable à savourer longuement, si bien qu'à notre époque on recherche encore ces sensations alors que nous avons toutes et tous grandis, sommes devenus souvent nous-même parents accomplis, nous aimons nous replonger dans cet univers si particulier, la nouvelle génération ne comprennent pas cela, pire : on serait ringard ! Pourquoi ces parfums et ces musiques nous sont si chers, pourquoi lorsque le D.J. ose un « capitaine flam » à fond, des hourras font trembler en une fraction de seconde les pistes enflammées des night-clubs même les plus tendances ; Voyez les étoiles dans nos yeux lorsque nous revoyons Chantal Goya ou Dorothée faire leur revival (devenues entre-temps des icônes gays, mais çà c'est encore autre chose !) ; cette ambiance conviviale prend tout son sens lors des vacances scolaires et en période de fin d'année. J'ai - et nous avons - tous au fond de notre coeur un paysage enneigé paisible où l'on ressent un petit quelque chose lorsque scintille les guirlandes sur le sapin, l'odeur du pain d'épices et du chocolat chaud que l'on consommerait jusqu'à la lie, un épisode de Friends, une énième rediff du célèbre fou-rire de Denise Fabre devant les bétises de Garcimore, un De Funès déchainé, un théatre de boulevard, une crèche vivante qui nous redonne la foi même si l'on est le plus convaincu des agnostiques, un vieux cartoon Disney des années 30 en noir et blanc et j'en passe sinon je vais pleurer...

     

    La Télévision des années 80/90 fut une drogue hyper-addictive qui donnait vraiment envie de la regarder car ses programmes étaient de qualité. Programmes émaillés d'émissions cultes, de jeux, de jingles, de speakrines, de publicités kitch au possible, de dérapages en faux départ, les séquences d'ouverture et de fermeture des programmes, du 3615 code, de la mire, du carré blanc puis du rectangle rose et dans quelques instants la suite votre programme. J'ai le souvenir d'une télévision libre et libérée, de gauche, parfois émouvante, tantôt sérieuse, tantôt anarchique où presque tout était permis, on pouvait fumer et boire de l'alcool, les émissions étaient toutes en direct, les artistes chantaient en playback, on disait merde et on montrait son cul sans que ce soit censuré, « on ne peut plus faire çà aujourd'hui disent ou diraient les provocateurs d'hier : le saltimbanque Patrick Sébastien, l'homme en noir Ardisson, la sulfureuse Ciccolina, le trublion Dechavanne, le génie Gainsbourg, l'enfoiré Coluche, l'affranchi Balavoine, Le (gay) luron, l'intenable professeur choron et autres franchouillard Collaro...

    Je battai souvent mon propre nombre d'heures devant la télévision pendant la première partie des années 90 au cours des grandes vacances où il faut bien dire, je ne faisais pas grand chose à l'école et encore moins mes devoirs à la maison, de nature renfermé et angoissé chronique boulimique, je voyais en la télévision un espace immense de liberté où je me prenais souvent à dire « je veux être leur ami, être comme eux, jouer le même personnage, donner la réplique ». j'aimai m'inventer un monde imaginaire, mon désir d'évasion était une prison dorée où je ne laissai entrer personne ; pour mieux supporter ma sordide adolescence, pour pallier à une dépression toujours sur le fil. Toutes ces idées noires m'était inconnues quand j'étais gamin, j'étais beaucoup plus équilibré dans ma tête, un plus que ne peux comprendre là aussi le citadin ; j'ai grandi à la campagne et dehors, la forêt, les sentiers de terre, les champs et les prairies en fleur furent des terrains de jeux formidablement magiques où j'ai découvert la vie ; rien que pour çà je pense que je dois remercier mes parents. A l'aide d'une baguette magique, j'arrêterai le temps entre 1984 et 1991 : mes plus belles années, rétrospectivement mêmes si les suivantes furent pas mal aussi mais bon vous savez, les délices de la puberté et de l'adolescence... Aaah où sont passés mes 10 ans ? Nostalgique, qui ? moi ?

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    top 50
     
     

    Le site purecharts a établi le classements des 10 pires chansons françaises des années 80, dont certaines ont pourtant étés très bien placées au top 50 de l'époque... Pour le plaisir quelques exemples ;

     

    1er : je te survivrai... JEAN PIERRE FRANCOIS (classé 2e au top 50)

    6e : danse ta vie (version française de what a feeling)... SYLVIE VARTAN

    7e : nuit de folie DEBUT DE SOIREE (1,300,000 ex vendus / disque de platine / 1er au top 50 durant 9 semaines)

    8e : est-ce-que tu viens pour les vacances ? DAVID & JONATHAN

    9e : besoin de rien envie de toi PETER & SLOANE (2,000,000 ex vendus)

    10e : ya pas que les grands qui rêvent MELODY (900,000 ex vendus / 2e du top 50 durant 6 semaines / grand prix de la sacem 1989)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le milieu des années 80 a vu naitre des artistes (solos, duos ou groupes) hypras-lookés et accessoirisés ; les éléments qui reviennent le plus sont les gants en cuir noirs de préférence, le maquillage même pour les hommes, un profil androgyne et asexué si possible, et de sacrés coupes de cheveux, certains avaient des tignasses hallucinantes, souvenez vous en France on avait quand même Desireless (lookée et androgyne au possible).

    Outre-atlantique nous retrouvons des traits similaires chez trois artistes notamment ; deux éphémères (Berlin & Avalanche) et le troisième qui poursuit encore sa carrière de nos jours (les légendaires membres de Roxette et leurs miriades de tubes).

     

    Aussi éphémère que marquant, j'ai choisi de rendre hommage au duo Avalanche, j'ai jamais su s'ils étaient amis, frères et soeur ou mari et femme mais qu'importe c'est peut-être mieux de pas savoir, le mystère et le manque d'infos génèrent souvent les plus grandes passions... Regardez les fans de Mylène Farmer...  Donc je disais éphémère le groupe Avalanche mais néanmoins mythique dans le coeur des trentenaires qui ont étés bercés par cette chanson, cet univers mêlé de neige et de brumes... rien n'est laissé au hasard, ils ont marqué leur temps par cette ambiance quasi-gothique jusque dans le maquillage et les vêtements, s'ils avaient étés d'origine latines çà aurait sans doute beaucoup moins bien marché évidemment il fallait des artistes venus de pays froids. A l'époque j'avais 9 ou 10 ans, j'étais vraiment hypnotisé et séduit par ces deux-là. Je m'intéresse aujourd'hui aux paroles maitrisant mieux l'anglais qu'à 9 ans (haha) mais le refrain est d'une banalité déconcertante, où comment vendre un titre à plus de 450 000 exemplaires sur le sol français simplement en répétant inlassablement les mots "johnny johnny come home nananana naaa nanananananaaaaaaa.... oouuhh johnny johnny come homme....."

    la guitare country audacieusement présente dans cet univers de glace, les boites à rythme et ce "na na nannannaaaaaa"  est un letmotiv obsédant et reste gravé dans la tête après une seule écoute. Faites l'essai, je suis sur que vous allez tomber dans le piège même en disant 'ouais c'est nul, kitch, ringard..." Sérieux, essayez, écoutez, regardez et dites-moi que vous ne fredonnez pas des "nananana" le lendemain au boulot, en faisant vos courses... 

    22 ans plus tard, les années 80 restent présentes lors de soirées dites "kitch" en boites de nuit et c'est étonnant que personne ne se souviennent d'Avalanche, car je l'ai jamais entendu nulle part dans ces soirées pourtant réservés aux tubes de l'époque on est d'accord ?! Messieurs les organisateurs variez un peu vos tracklistings, début de soirée, images, sabrina... çà va deux secondes !

    lors d'une émission, en live :   http://www.youtube.com/watch?v=6C28HLe37Zk&feature=related

    le clip-vidéo :   http://www.youtube.com/watch?v=lGfyaNR-1Q0&feature=related

     

    "johnny johnny come home" a été certifié disque d'OR en France avec plus de 450.000 exemplaires vendus. Il est resté 8 semaines consécutives dans le TOP10 et 26 semaines dans le TOP50 ; c'est la 662e meilleure chanson de tout les temps en France.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Google Bookmarks

    votre commentaire