• le poing levé... solidaires

     Le temps et l'humeur changent ; un nouveau souffle semble venir du plus profond de notre âme. Les termes “solidarité” et “espoir” n'ont jamais étés aussi forts, alors que dans les hautes sphères, les élites continuent à donner des leçons de morale au peuple qu'eux-même n'appliquent pas ; alors que les parvenus s'asseyent sur les conventions... une nouvelle révolution est en marche, tapie dans l'ombre elle se met en mouvement et attend son heure. Une économie précaire et souterraine de marché s'active depuis quelques temps déjà et émergera le temps voulu, il est l'heure de réagir, qu'un élan de solidarité se mette en activité et piétine tout les sombres desseins des briseurs de rêves, censeurs sionnistes, réactionnaires liberticides, totalitaires egocentriques, monarques bling-bling, napoléoniens nombrilistes, intellectuels économistes au rabais, incultes navrants, énarques à la déroute complètement dépassés !

     

    A défaut d'un revenu correct ou de patrimoine, les handicapables que nous sommes avons trouvé les points forts du système Débrouille afin de nous sortir du système Débâcle ; en misant sur de petites actions en bourse, en devenant vendeur indépendant via l'outil internet... La force précaire constituerait presque un mouvement politique en soi ayant droit de citer : Ne dis-t-on pas que la meilleure façon de combattre un système est d'en faire partie ? Les précaires d'aujourd'hui seront-ils les nouveaux-riches-modérés de demain ? Parce qu'ils sont passés par la case “rien” ou “pas grand chose” ce sont peut-être eux les plus aptes à diriger les plus grandes réformes sociales et humanistes. Celà n'est pas sans danger pour un esprit capitaliste car ils se retrouveraient face à une force considérable encore endormie qui n'a même conscience de son potentiel mais si le dragon se réveille, gare, gare !

     

    A défaut d'un Coluche ou d'un Gainsbourg, tant qu'il susbtistera des philosophes, des artistes, des poètes, des NPAistes, des RSAstes, des intérimaires, des ouvriers, des agriculteurs, des canards, des dénonciateurs, des associations, des syndicats, des révoltés du bulbe... Telle une résistance aux plus grand ; il restera de l'espoir “... car vous n'aurez pas ma liberté de penser”

     

    On est en France bordel, le pays des droits de l'homme ? Oui ou non ?

     

    Franck Schweitzer.

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :