• lettre ouverte à tout(-es) les con(-nes)

     Vous les cons naissant, les cons innocents, les jeunes cons,

    Qui, ne le niez pas, prenez les papas pour des cons.
    Vous les cons âgés, les cons usagés, les vieux cons.
    Qui, confessez-le, prenez les p'tits bleus pour des cons.
    Méditez l'impartial message d'un qui balance entre deux âges.  
    Le temps ne fait rien à l'affaire. Quand on est con, on est con!
    Qu'on ait 20 ans, qu'on soit grand-père Quand on est con, on est con!
    Entre vous plus de controverses, Cons caduques ou cons débutants.
    Petits cons de la dernière averse Vieux cons des neiges d'antan
    Georges Brassens, 1961
     
     
    Vous, les donneuses de leçons, vous, les soit-disants ami(e)s qui n'y voyez que votre intérêt
    Vous, qui passez sans me voir, sans me connaître, sans rien savoir
    Vous qui me jugez sur un mot, un geste ou une décision
    Je vous trouve bien peu de qualité humaine, de respectabilité et d'humilité
    Alors on danse...
    Combien de fois, combien de temps encore vous allez abuser de la confiance et de l'affection qu'on vous porte
    Parce que ne vous y trompez pas, je vois clair dans votre jeu depuis le début
    Je suis seul juge de vos travers, de vos mensonges et vos trahisons
    Mais la roue tourne et tout se paie un jour
    Alors on danse...
    Je ne vous souhaite ni le mal ni la vengeance
    Seul l'indifférence à votre égard compte à mes yeux, ma seule arme à votre cupidité
    Seule la pitié que j'ai pour vous, justifie ma sérénité
    Seule l'intelligence du silence me sauve de vos maux trop bas pour qu'ils me blessent
    Alors la ronde commence, on danse, on rit, on fait illusion
    Mais ne vous y trompez pas, je n'oublie rien de vos viles actions
    Tout reste gravé, telle la marque du temps passé sur la pierre
    Le bien triomphe toujours, le temps reste l'arme fidèle et suprême
    Dans cette diatribe, une ronde enfantine, une musique
    Souffrez que soit entendue ma plainte au-delà des mots et de la prose
    Laissez-moi juste vous dire que J'accuse réception ; A Dieu, au diable les salauds
    L'ironie me sauve, la seule qui résiste à votre triste manège
    d'un mot, d'un seul :
    Mort aux cons !
     
    Franck Schweitzer
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :