• Dieu de la mort en Grèce Antique ; Thanatos est tant redouté par les hommes que par les dieux. Impertinent et cruel, il est porteur d'une image destructrice mais également symbole de re-naissance. Parfois représenté en enfant noir aux pieds tordus, dans les bras de sa mère, un ange aux ailes déployés, ou en tant que vieillard barbu drapé dans un manteau noir et armé d'une faux.

    Les moires quant à elles, sont la personnification de la destinée ; Klotho tisse le fil de la vie sur son fuseau, il est mesuré par la baguette de Lachesis puis coupé par Atropos la plus redoutée des trois sœurs. Ces quatre-ci font la paire si j'ose dire ; autant responsables et coupables du cours du destin des uns et des autres, seuls juges tout-puissants, décisionnaires absolus. Même Zeus, dieu parmi les dieux, ne peut modifier le cours des choses ou modifier leur décision.

     

    « Tartare, fais-moi frais ! »

     

    Souvent confondu avec les Enfers, dans la notion d'un « monde souterrain » désignant alors le lieu où étaient suppliciés les grands criminels, par opposition aux Champs-Élysées où séjournent des Bienheureux.    © universalis

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cette histoire de la reconnaissance des trous noirs comme constituants de l’Univers pourrait se répéter avec les trous blancs. Ces astres sont des objets aussi surprenants et exotiques que les trous noirs. Comme ces derniers, ils correspondent à certaines solutions des équations de la relativité générale. Pour les décrire de façon très simple, ce sont des trous noirs évoluant à l’envers : des trous noirs dont le film de la vie serait projeté en partant de la fin. Malgré cette différence, pour un observateur extérieur à un tel astre, il est difficile de distinguer un trou blanc d’un trou noir. Les deux sont massifs et dotés d’un champ gravitationnel attractif. Ils peuvent donc tous deux soutenir un disque d’accrétion et être entourés d’objets en orbite. Mais si l’on voyait le « trou » expulser une gerbe de matière, on saurait aussitôt qu’il s’agit d’un trou blanc. kezako ? Des sosies inversés des trous noirs qui expulsent la matière sans jamais en absorber. Ces astres correspondent à certaines solutions des équations de la relativité générale et pourraient être le destin ultime des trous noirs. Leur détection ouvrirait une fenêtre inédite sur la gravitation quantique.

     

    Le point au centre du trou noir est appelé « une singularité », et cette singularité fait partie de ces sujets qui fascinent les mathématiciens. En effet, en 1935, Einstein et Nathan Rosen, son collègue physicien, ont décidé de déterminer l’emplacement de cette singularité. Ils ont découvert qu’un trou noir possédait deux trous. On connait la théorie des deux physiciens sous le nom de pont Einstein-Rosen ou de trou de ver. En effet, selon eux, si à l’une des extrémités du trou de ver se trouve un trou noir, à l’autre extrémité devrait se trouver son miroir opposé qui est le trou blanc. En d’autres termes, si ce qui entre dans un trou noir ne peut plus sortir, ce qui sort d’un trou blanc ne peut plus revenir.

     

     

    Franck Schweitzer

    © pourlascience

    © dailygeekshow

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le monstre du loch-ness

     

    L'identité du monstre du loch ness enfin révélée ?

    Nessi serait une anguille géante : C'est le résultat d'une profonde analyse des eaux du lac par une équipe internationale de scientifique depuis juin 2018. L'analyse de l’ADN de l’eau a permis de créer une liste de tout ce qui vit dans le lac écossais. Résultat : le monstre de Loch Ness pourrait être une anguille géante selon les conclusions du néo-zélandais Neil Gemmell.

     

    Après deux ans, aucune preuve n’a confirmé les théories sur le fait que le monstre soit un reptile marin préhistorique appelé plésiosaure. Ni un poisson-chat ou un requin du Groenland. Mais l’ADN de l'anguille est très présente dans les eaux froides du Loch Ness. Même si leur taille demeure inconnue, elles seraient plusieurs à y vivre. 250 échantillons ont été collectés. 500 millions de séquences ADN ont été comparées avec diverses bases de données : Lorsque toute créature se déplace dans le lac, elle laisse de minuscules fragments d'ADN à travers sa peau, ses écailles, ses plumes ou ses excréments. Sur les 3 000 espèces identifiées, on peut donc trouver des traces d’humain, de chien, de renards ou de bétail. Le but de la recherche n'étant pas de trouver l’identité du monstre de Loch Ness mais d’améliorer les connaissances sur les plantes et les animaux vivant dans le lac des Highlands.

    le monstre du loch-ness

     

    Franck Schweitzer

    (c) geo.fr

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le Triangle des Bermudes

     

    Cette zone géographique est très fluctuante selon les récits rapportés qui décrivent les mystères liés à ce lieu. Selon les sources, la zone varierait de 500 000 à 1,5 million de km2, ce qui influe sur le nombre de disparitions qu'on y rapporte.

    C'est un article du Miami Herald , daté du 17 septembre 1950 qui fait mention pour la première fois de disparitions inexpliquées dans le secteur. Deux ans plus tard, le magazine Fate publie un article traitant de la disparition d'une escadrille de cinq chasseurs-bombardiers au large de la Floride, évènement connu sous le nom de Vol 197. C'est cette disparition inexpliquée qui va véritablement populariser le mythe du triangle et alimenter les rumeurs et les récits de toutes sortes.

    Depuis 1800 et malgré les théories les plus farfelues autour de délires extraterrestres ou surnaturels, 2 siècles plus tard, aucune explication réellement fondée n'a été donnée sur ce qui est responsable de la disparition de tous ces avions, bâteaux... Je trouve à la fois frustrant et fascinant qu'avec toutes les études sur le sujet depuis tout ce temps, jamais personne n'est revenu de ce triangle, aucune traces, aucun signal, rien... A part des hypothèses des plus sérieuses aux plus hallucinées.

     

    Franck Schweitzer

    (c) wikipedia

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • magie blanche VS magie noire

     

    magie blanche ou Téurgie, invoquer les esprits et les anges gardiens. Elle est utilisée à des fins altruistes, ou préventives, et avec des moyens bénéfiques : Elle guérit, protège et réconcilie.

    VS

    magie noire ou goétie, sorcier, sorcellerie, envoûtement, sorts, maléfices ; le but depuis toujours ? Détruire, blesser, rendre malade et tuer. Empoisonner, invoquer le diable, provoquer l'impuissance, se venger, atteindre l'immortalité, communiquer avec les morts. L'autosuggestion plus qu'une véritable malédiction : Lorsque par exemple le sorcier condamne à mort un individu qui effectivement meurt par la suite, ce dernier est tout d'abord bloqué par la peur et démuni peu à peu physiologiquement, ses défenses immunitaires au plus bas, il contracte n'importe quel virus qui traine et finir en effet par mourir. La distinction magie noire/magie blanche recoupe presque la distinction entre magie du mal et magie du bien, entre magie illicite et licite, entre diabolique et magie.

     

    Les anthropologues les plus sérieux décriront la magie comme une philosophie naturelle associée à une réponse socialement appropriée et culturellement significative : Croire en la magie n'est pas incompatible avec une appréciation rationnelle de la nature. On peut aussi la décrire comme un ensemble d'activités et de technologies destinées à manipuler des énergies immatérielles, non reconnus par la science.

     

    Loin de faire partie des mythes moyenâgeux et des légendes arthuriennes, la magie blanche et noire existent toujours de nos jours, à croire le rappeur Booba qui a déclaré avoir déjà eu recours à leur utilisation... pour vendre plus d'albums ou neutraliser ses concurrents sur le marché ?

     

    Franck Schweitzer

    (c) wikipedia

    Google Bookmarks

    votre commentaire