• LE CABARET DU NEANT

    « Le cabaret du néant » fut un cabaret situé à Montmartre et fondé en 1892. Il a été l'un des premiers pionniers du restaurant à thème moderne et a traité de divers aspects de la mort, de la magie et de l'illusion toujours autour de sujets morbides. Avec le « Cabaret de L'Enfer » et « le Cabaret du Ciel », il faisait partie d'un trio de restaurants à thème établis à peu près à la même époque dans le quartier mythique du nord de la Capitale.

    Dans les années 1890, suite au décès d'un habitant du quartier, le cabaret est rebaptisé «Cabaret du Néant» car on pensait que «Néant» faisait moins peur aux riverains. Le cabaret a finalement été déplacé au numéro 34, Boulevard de Clichy. À cette adresse, il était répertorié sous la catégorie "Cabarets Artistiques".

     

    Une fois à l'intérieur, le visiteur est conduit par un moine dans une salle sombre, où les serveurs étaient habillés en croque-mort. Le client est ensuite conduit dans une autre pièce où il est invité à participer à un tour de magie, en entrant dans un cercueil. Enveloppé dans un linceul, il est transformé en squelette, puis reprend sa forme humaine. Dans la "Salle d'Intoxication", les lustres sont faits d'os humains, on buvaient des boissons alcoolisées servies dans des tasses en forme de crânes assis autour d'une table en forme de cercueil. Des tours de magie ont été exécutés dans lesquels les clients semblaient disparaître, et tout au long de la soirée des fantômes erraient dans les lieux et effrayaient les clients.

     

    Aujourd'hui sis un Monoprix ! On change d'ambiance et d'univers c'est certain !

     

    --------------------

    texte repris depuis Internet, et reformulé

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BABEL

    BABEL

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • AVALON

     

    Selon la légende du Roi Arthur, il s'agit de l'Ile où fut emmené le souverain après sa dernière bataille à Camlann. C'est là où fut forgée Excalibur. C'est enfin le lieu où vivait supposément la fée Morgane.

    Selon les premières écritures, « Insula Avallonis » fut décrit par l'historien gallois Geoffroy de Monmouth entre 1135 et 1138 : paradis celtique de l'autre-monde, Ile magique des anciens dieux, inexistant à l'oeil profane.

     

    Une description plus en détails ICI >>>  https://avalon.fandom.com/fr/wiki/Avalon

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • la tour d'ivoire

    Conte de « faits »... par Franck Schweitzer

     

    Il était une fois dans un pays lointain, un jeune prince Rebelle qui vivait dans une somptueuse tour d'ivoire, en marge du monde réel. Malgré son titre, le jeune prince vivait simplement sans sujets à diriger, sans technologies et sans nourriture superflue, mais il s'en accommodait. Chaque pièce de son immense demeure brillaient tel un diamant quant au jardin, il était peuplé d'animaux fantastiques avec qui il conversait pendant des heures, d'une fontaine dont l'eau changeait d'arômes à chaque fois que le prince le désirait, d'une balançoire entièrement faite de bonbons... Pour rien au monde, le prince voudrait quitter ce paradis.

     

    Néanmoins, vu d'en bas, sa tour si belle et si lumineuse rendait jalouse et pleine de convoitises les semblables du prince qui désiraient profiter un peu aussi des richesses de ce dernier.

     

    Le prince rebelle n'avait que faire des nouveautés que lui procureraient le monde d'en bas, non pas par mépris ou par suffisance, mais simplement parce qu'il n'en voyait pas l'utilité. Il considérait que ses semblables s'agitant dans tout les sens, courraient après du vide à vouloir toujours plus haut, toujours plus loin... A quoi bon puisqu'il faut mourir !

     

    Un jour, on vint frapper à la tour d'ivoire, un semblable se présenta au jeune prince rebelle et réussit à le convaincre de le suivre dans le monde réel en lui promettant de veiller sur lui et qu'il retrouverait toujours le chemin de sa tour d'ivoire. Arrivés en bas, il lui fit découvrir des mondes tous différents les uns des autres, plus ou moins obscurs et d'autres semblables plus ou moins bienveillants.

     

    Mais le monde d'en bas ne plaisait que moyennement au jeune prince qui ne voyait de la part de ses semblables, cupidité, vantardise et superficialité. Il se rendait compte surtout qu'il perdait peu à peu de sa lumière, pire, que ses semblables la lui absorbait chaque heure qu'il passait en leur compagnie. Il décida avant qu'il ne soit trop tard qu'il était temps pour lui de s'en retourner à la tour d'ivoire. Le jeune prince demanda à son semblable visiteur de l'accompagner, il accepta.

     

    Tout deux marchèrent de longues heures à travers des champs et des montagnes, des villes et des forêts mais à l'horizon rien ne laissait supposer une tour d'ivoire. Le semblable visiteur était épuisé et semblait perdre tout espoir. Il observa alors le jeune prince qui lui au contraire ne semblait ni fatigué ni désespéré, il esquissait même un léger sourire.

     

    « Pourquoi souris-tu ? » Lui demanda le semblable-visiteur « Tout espoir est perdu, tu ne retrouveras plus jamais le chemin de ta tour d'ivoire »

    « Ça n'est pas grave » répondit le prince « je m'en recréerais une autre »

     

    F I N

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    les Dragons

    Un film Disney refait surface ; celui dont on avait presque oublié l'existence tellement il était caché dans nos plus profonds souvenirs d'enfants : Peter et Elliott le Dragon ou le combo visuel de l'animation et du long-métrage ; révolutionnaire pour la fin des senventies où le « fond vert » n'existait pas encore ! L'histoire d'une amitié improbable et anachronique entre un enfant et une créature fantastique tout droit sortie de l'imaginaire moyenâgeuse. Je laisse les spécialistes cinéphiles faire la promo de ce reboot façon 2016, je parlerais plutôt de la figure mythique du dragon. Cette créature légendaire représentée comme une sorte de gigantesque reptile, ailes déployées et pattes armées de griffes. Dans de nombreuses mythologies on retrouve ces créatures reptiliennes possédant ces caractéristiques et désignées comme dragons. De par son apparence, il est intimement lié à la terre. Sa capacité à voler le distingue des autres rampants

    Ses représentations varient cependant énormément en fonction des civilisations. Symbole de vie et de protection en Asie et en Grèce antique, il est cependant le plus souvent maléfique en Europe médiévale. Gardien du trésor souterrain, gare à l'impudent qui osera troubler son sommeil.

    Emblème présent sur le drapeau, le bouclier ou le blason, il est à la fois le ying et le yang, le symbole tout-puissant de l'empereur ; si en règle générale les dragons sont une puissance céleste, créatrice et ordonnatrice ; ils sont aussi dans la tradition chrétienne l'armée de Lucifer : Sifflant, hurlant et crachant les flammes de l'enfer. Majesté apocalyptique faite de couches superposées d'écailles ou de fer, créature invincible, le plus souvent indomptable, c'est le Léviathan qui sommeille en chacun de nous, c'est enfin vous, moi sous notre aspect des plus destructeurs.

     

    _____Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire