•  

    PARIS FRISSONS ET PARIS COQUIN

    L'événement est doublement d'actualité cette année, coïncidant avec l'esprit d'Halloween qui règne sur la seconde moitié du mois d'octobre et la 4e saison sanguinolante de The Walking Dead sur nos écrans plats. La Zombie Walk déferle sur Paris depuis trois années consécutives, samedi 12 octobre dernier on a pu voir un peu partout des anonymes traîner la patte de République à St-Paul, vêtu(e)s de haillons et superbement bien maquillés à faire frémir les plus récalcitrants à ce délire macabre. Pas si anonymes que cela, ils se connaissent au moins virtuellement puisque maintenant les rencontres se font essentiellement via le web, ce type de manifestation se passe le mot sur les réseaux sociaux tels que Facebook avec des infos distillés au compte-goutte afin de ménager le suspens et engendrer le maximum de morts-vivants à la fête.

     

    Autre événement autre ambiance, beaucoup plus chaude celle-ci ! L'exposition « sex in the city II » qui se tient depuis le 5 octobre jusqu'au 20 Place de la Bastille. Sur un espace de 800m2 entièrement consacré à la bêbête, organisé avec la participation de Solidarité Sida, les curieux sont invités à mettre tout leur sens en éveil. Si vous pensez venir pour vous envoyer en l'air vous avez tout faux, ce n'est pas le salon de l'érotisme ; ici il est question de pédagogie, de fantaisie mais aussi de sérieux. Des thèmes autour de la prévention et du port de la capote, des explications concernant les IST/MST, une boutique de sex-toys, etc. On y vient entre amis pour une franche rigolade, en couple ou pourquoi pas en famille : L'expo est cependant déconseillée aux moins de 16 ans; c'est çà oui, compte là-dessus !! A quoi çà sert encore ce genre d'avertissement lorsqu'on sait qu'un jeune de 10 ans aujourd'hui a déjà tout vu sans tout comprendre certes, mais bon !

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le gratuit 20min révèle que les parisiens et franciliens souffriraient du « mal du pays » lorsqu’ils sont éloignés de force ou de fait de leur Capitale chérie. Se mettre au vert oui mais à quel prix. Il s’agit là d’une grosse tranche de la population active des 20-45 ans qui, ayant les habitudes d’un pays jacobien où tout est centralisé en un point, pas évident de se faire entendre administrativement, culturellement, judiciairement, etc vous m’avez compris. En cause principalement nous dit-on : un problème d’intégration, oui, le parisien s’intègre mal à tout ceux qui ne parlent pas et ne mangent comme lui. Pourtant l’autre c’est moi et de ce fait, je devrais pouvoir me reconnaître en mon semblable ou du moins essayer de l’apprendre, de le comprendre ; seulement voilà des barrières idéologiques du bobo titi au franchouillard relou il n’est pas aussi facile d’assumer cette France d’en bas. Cela se ressent encore plus à l’étranger lorsqu’on vous demande d’où vous venez et que vous dites « de <st1:personname productid="la France" w:st="on">la France</st1:personname> » vous êtes immédiatement assimilé à Paris et donc, tout les analogues qui en découlent : froid, fier, râleur, grande gueule, exigeant… La liste est longue. Le parisien vit dans sa bulle, je le remarque de plus en plus moi-même tout les jours. Il y a toujours ce rictus ponctué d’une petite phrase ironique autour de la campagne, de « ce que nous avons ici et que vous n’avez pas chez vous » et j’en passe.<o:p></o:p>

     

    L’enquête de 20min montre également en filigrane la mauvaise foi de ceux qui ont étés interrogés à savoir sur les poncifs habituels (ya rien à faire après une certaine heure du soir, les magasins sont fermés le dimanche…)<o:p></o:p>

    Pour mettre les choses au clair une bonne fois, il se trouve que oui c’est souvent vrai mais dans le même temps il est fort déconseillé de sortir seul à Paris après minuit et dans n’importe quel arrondissement sauf le 16e bien sûr où il n’y a rien non plus entre nous HAHA -à part les Jean-Charles de <st1:personname productid="la Renardière-les" w:st="on">la Renardière-les</st1:personname>-eaux qui sort son caniche- que vous soyez un homme et encore moins une femme car vos seuls compagnons de route seront les clochards, les toxicomanes, les prostitués avec ou sans leur mac et autres individus bizarres sinon excentriques qu’on aimera pas croiser même sur un boulevard en plein jour. Concernant le travail dominical, le débat politico-social est en plein effervescence depuis quelques mois, et la question est lançée dans la sphère depuis des années et l’on sait enfin que si (quand) la loi sera réellement et intégralement appliquée, elle le sera d’abord dans des villes tests comme Paris précisément. Parce qu’il y a cette tradition catholique du dimanche chômé car jour du Seigneur, et que les mentalités mettent du temps à s’adapter entre ceux qui veulent et ceux qui n’en démordront jamais, je crois sincèrement que sur des questions cruciales comme celle-ci il faut a tout prix éviter de mettre la charrue avant les bœufs, faire preuve de patience et de modestie car l’on connaît très bien qui sont les décideurs et qui sont les suiveurs, le fait de montrer du doigt la province comme on le fait, est d’autant plus méprisable qu’elle n’y est pour rien sur la question du pouvoir décisionnaire !

    <o:p></o:p>

     Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    matooouuuuu
    16 rue Michel COMTE à Paris IIIe arr.
     

    Le premier bar à chats ouvrira ce samedi 21 septembre à Paris, ce concept qui peut sembler farfelu existe déjà au Japon, dont il est le pays précurseur, depuis une quinzaine d'années. En France aujourd'hui le projet voit le jour en plein coeur du marais. Plus de 60% des français aiment les chats, ce pourcentage à lui seul ne va pas légitimer l'ouverture d'un tel établissement mais avouons quand même que beaucoup de nos compatriotes adorent caliner ces boules de poils, ajoutez à cela, s'asseoir confortablement autour d'un café et d'un morceau de tarte, c'est tout le cocooning qu'on puisse demander, non ? Des études reconnaissent les vertus thérapeutiques et anti-stress du ronron d'un chat couché sur les genoux. Tout le décorum est approprié pour accueillir et faire cohabiter humains et animaux, l'ambiance cosy, consos bio...

    Au 16 rue Michel Comte, il n'y aura que 9 ou 10 félins qui vivront, mangeront et dormiront sur place. Ils seront couverts par une mutuelle spécifique, un vétérinaire viendra faire une visite tout les trimestre. Il y aura notamment un espace hors-client où les chats pourront s'y reposer, chaque salarié devra toiletter un chat chacun et ce, tout les jours et pour ceux à juste titre qui se posent des questions concernant l'hygiène et la question sanitaire, l'accès aux cuisines leur seront totalement fermées, il est interdit de nourrir les félins, de les faire monter sur les tables, et interdit aux clients de les prendre dans les bras, ce sont les chats de leur propre chef à venir chercher les calins... ou pas !

    Il n'est pas question cependant de faire n'importe quoi en ce lieu béni ; le client ne peux absolument pas y apporter son propre chat. La jeune propriétaire du concept rappelle notamment que ce n'est pas une aire de jeux et encore moins un zoo. Seule une consommation permettra aux clients de rester : « c'est avant tout un espace créé pour et autour du chat ».

    sources : © lefigaro ; © europe1 ; © nouvelobs

    mise à jour au 24.09 :

    J'y suis allé et j'en suis revenu aussitôt ! Grosse affluence dès les premiers jours, impossible d'y pénétrer, l'établissement affiche complet. On vous encourage à réserver pour la prochaine fois, les recommandations et nettoyage de mains grâce à un produit spécial, faits systématiquement au sas l'entrée (oui, il y a un sas d'entrée !!) sont drastiques et peuvent refroidir mais hygiène oblige, je pense que c'est le minimum syndical qui est demandé pour qu'un tel établissement puisse rester ouvert et prospérer !

    J'y retournerai quand tout celà se sera tassé et passé l'effet -mode- nouveauté !

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une langueur indescriptible s'est emparée de la Capitale depuis ce début Août, toute cette fourmilière qui a désertée Paris, çà en devient limite insupportable, comme quoi les roseaux pensants que nous sommes -hommes et femmes- ne pouvons vivre trop longtemps éloignés de nos semblables, avec nos différences et nos impairs qui nous ressemblent et nous rassemblent.

    Tout est fermé, plus rien ne va, plus personne dans le métro, les trains, les magasins... çà repose évidemment mais je n'attends que çà : du bruit, des cris partout, tout le temps. J'attends avec une impatience incompréhensible klaxons et retour en fanfare de la foule, de cette houle que j'ai du mal à comprendre parfois et que je fuis souvent pour me retrouver au sein d'un cocon familier.

    Vive Paris au mois d'août... ou pas !

     

    Franck Schweitzer.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • le jardin d'acclimatation

    jardin d'acclima
     

    >> I N F O S   P R A T I Q U E S

    C'est dans quel coin de Paris ? En plein coeur du Bois de Boulogne

    C'est ouvert d'avril à septembre de 10h à 19h // d'octobre à mars de 10h à 18h

    Quel Métro ? Les Sablons, sortie 2, prendre la rue d'Orléans et continuez sur 150m

    Bus 43 – 73 – 82 – PC – 174 - 244

    Cà coûte combien ?

    - gratuit pour les moins de trois ans et handicapés

    - plein tarif 3€

    - carnet de 10 entrées 26€

    - tarif réduit : 1,50€ pour les demandeurs d'emplois, les seniors et les famille nombreuse (sauf w-e et jours fériés)

    - abonnement annuel : plein tarif 60€ et tarif réduit 30€

     

     

    jardin

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Direct matin ; 20 minutes ; métro ; à nous paris sont autant de journaux quotidiens ou hebdo dits « gratuits » en présentoirs, proche des bouches de métros ou de ter...

    l'actu flash dans une société où tout va vite, on a le temps de lire assis, debout ou accoudé ces petits paplards bien sympas souvent bien informés sur l'actualité sociale, politique, culturelle ou sportive de Paris et IDF. L'avantage ? Conserver l'essentiel de ce qui doit être su afin de se coucher moins bête.

    Je sacrifie donc à la mode et à la facilité en vous proposant sous forme de « double-points-à-la-ligne-tiret » un patchwork digeste du 20 min n°2489 de ce lundi 17/06 et A Nous Paris n°612 du 17 au 23/06... Patchwork agrémenté çà et là de commentaires de mon cru.

     

    - INTRAMUROS// Appelée Dataparis www.dataparis.io/ cette carte développée par G.Bertaux, R.Fayolles, V.Garreau et R.Lambert propose 17 rubriques (salaires, nombre de retraités, prix de l'immobilier...)

    - Le nouveau visage de la place de la République inaugurée dimanche 16 par le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

    - Fermées au début de la seconde guerre mondiale ou tout simplement jamais ouvertes, il existe à Paris 8 stations de métro fantôme (Arsenal, St-Martin, Haxo, Crois-Rouge, Martin-Nadaud, Champs-de-mars, Porte-des-lilas et Porte-Molitor). NKM a lançée l'idée de les réhabiliter en lieux de fête pour résoudre les nuisances sonores la nuit.

    - PEOPLE // Les autodidactes n'ayant pas eu le bac : Michel Drucker, Michel Denisot, Fabrice Luchini, Jamel Debbouze, Christian Estrosi...

    - LA PHRASE // François Hollande était l'invité de l'émission « Capital » dimanche sur M6 a déclaré « je comprends les impatiences »... çà tombe bien, nous on ne comprends pas son manque d'initiatives.

    - INSOLITE // Une quinquagénaire est morte étouffée, la tête coincée dans un conteneur à vêtements, en Isère.

    - SCANDALE ? // Selon le NY Post, Vladimir Poutine aurait volé une bague ornée de 124 diamants au propriétaire d'une équipe de football américain de St-Pétersbourg.

    - GORE // un nouveau genre de manga fait fureur au Japon, « l'ero-guro » mélange scène de cannibalisme, de nécrophilie et de pornographie

    - LIVRES // la librairie « mots et merveilles » est spéciale dans la mesure ou il n'y a quasiment pas de livres mais tout les ouvrages qui y sont disponibles le sont en support audio. 63 bld St-Marcel, XIIIe arr.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Vous vous dites, il va encore nous parler de bouffe...

     

    alicepizza

     

    Une adresse à retenir absolument ! ALICE PIZZA

    Dommage que la vitrine de ce très petit restaurant soit opaque de l'extérieur, travaillant dans le quartier je suis souvent passé devant sans le voir et je le regrette, j'y serai allé bien plus tôt si j'avais su qu'il s'y trouvait un trésor.

    Jeune et nonchalant, frais et authentique : une quantité impressionnante de pizzas (base sauce tomate ou crème) rien qu'en lisant leur composition çà donne l'eau à la bouche. Les salades et les desserts sont tout aussi créatifs et délicieux ; sur la photo ci-dessous la salade passion avec une moitié de pain de type pita croustillant tiède sur lequel repose mesclun, endives, quartiers d'avocat et de fraises et du saumon cru émincé préalablement mariné dans de l'huile d'olives et aromates. Un délice.. Alice ! Le must parmi les desserts, la tarte aux pommes faite maison sous vos yeux et cuite au four, servie chaude ; un régal ! Courrez-y... Qu'est-ce-que vous faites encore devant votre écran ?

    ICI

     

    fffffffff
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    13/06/2013 : PARCOURS DE SANTE IMPREVU

    Une journée riche en chiffre d'affaire. Un très bon chiffre même et une grosse affluence dans la librairie comme jamais, du coup je quitte plus tard le temps de prendre le métro, j'arrive à St-Lazare et rate mon train de 20h47. Le prochain est à 21h30, trois quart d'heure après ; merde, pas envie de poiroter dans la gare à rien faire. Je prends du coup un train qui n'est pas le mien à destination de St-Cloud en me disant qu'au mieux j'aurai un bus, que neni le dernier bus du soir est à 20H.

    Après avoir gentiment refusé la proposition d'un monsieur de me déposer en voiture, je prends mon courage à deux mains et à 10 doigts (de pieds) et me mets en route, hors de question de prendre un taxi surtout qu'il n'y a que 2 km. En deçà de l'arrêt de bus et de son affichage illisible pour moi qui ne prends pas le bus et n'y comprends rien, je me retrouve rapidement dans une enceinte « propriété privée » avec parking au bout duquel se dresse majestueusement une grille fermée avec caméras de surveillance et interphone : « le domaine de Montretout » un gated community quasi-militarisé, ultra-protégé où personne n'entre sans montrer patte blanche. Je devinai à 500m les vives discussions de politique-nationaliste de la famille Le Pen du haut de son château rose de grès, sifflant ses deux dobermans répondant aux doux patronymes d'Adolf et Benito, riant grassement à ses propres blagues d'un goût douteux, poilades entrecoupés de quintes de toux glaireuses, manquant à chaque fois de s'étouffer (si seulement !) Je plaisante bien sûr... pour les 500m !! Je décide de passer par le parc de St-Cloud magnifiquement feuillu, à mi-chemin une fourgonnette s'arrête à ma hauteur, c'était le gardien qui s'apprêtait à fermer « devant et derrière » me prends en auto-stop, situation cocasse, pour me déposer à l'autre bout du parc, j'ai pu ainsi rentrer chez moi plus rapidement que prévu !

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    De l'intolérance primaire dans une voiture-transilien

    Gare St-Lazare il est 20h30 le transilien dans lequel je suis monté pour rentrer chez moi vient de démarrer. Deux carrés de siège au milieu desquels le couloir me sépare des 3 autres acteurs de la scène : Un homme d’une cinquantaine d’années s’assied face à une jeune femme qui téléphone et ponctue sa conversation d’éclats de rire pas si dérangeants que celà. Pas pour tout le monde visiblement, puisque l’homme demande à cette dernière d’interrompre sa communication parce que çà le dérange et que de toute façon c’est interdit dans un train « tout le monde sait çà ». son voisin de droite, la même tranche d’âge, le nez plongé dans un journal intervient en tentant de minimiser la situation, calmer le jeu par des chhhuuuut bienveillants, une jeune femme témoin de la scène me rejoint sur le fait que ce monsieur n’est pas tant dérangé par le téléphone que par la couleur de peau de la jeune femme, tout bêtement. Du racisme primaire de base et à peine voilé, mêlé à ce qui deviendra absurde lorsque ce monsieur continuera de s’acharner sur sa victime avant que nous trois intervenions. Je tire néanmoins mon chapeau à cette jeune femme qui tout en gardant son sang-froid à tenu tête à l’énergumène rochon, elle ne s’est pas démontée, loin de là.

     

    Ce que dis le règlement intérieur de la RATP concernant les règles de civilité et le respect d'autrui « l'usage d'instrument de musique / d'appareils dont le volume incommoderaient les voyageurs » alors je suis d'accord avec vous, c'est assez vague et bâteau comme formulation mais concrètement rien n'empêche cette jeune femme de téléphoner du moment qu'elle ne parle pas de manière entempestive ; à la différence de la SNCF lorsque vous achetez votre billet, le tarif de celui-ci est fixé par la SNCF, est variable ce qui d'ailleurs fait polémique depuis de nombreuses années, vous avez le choix entre la 1e et la 2nd classe, côté couloir ou fenètre etc. tant de droit au confort du voyageur qui demande de sa part un certains nombres élémentaires à suivre, notamment de mettre le téléphone sur vibreur et de passer les appels via les plateformes. Tout ceci n'existe pas dans un train de région (ou transilien) que l'on peut aussi familièrement appeler « métro amélioré » au vu du manque de confort assis, de l'insalubrité, le placement libre des usagers n'enlevant pas les règles de courtoisie mais laissant certains d'entre-eux en position debout, lorsque toutes les places assises sont occupées. Toutes ces différences que ce monsieur intolérant semble oublier.

     

    L’intolérant aurait pu changer de place, car il y avait d'autres sièges de libre ! Pourquoi s’obstiner à rester assis face à la personne-même qu'il conspue, sinon pour lui déverser son flot de frustration et de mal-être, un défouloir comme tant d'autres malheureusement.

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Pour une fois je me contente de poster simplement des clichés perso de mes dernières visites dans la Capitale, sans y ajouter de commentaires ni d'explications (l'essentiel se trouve sur le web) et je ne vois pas ce que je pourrais ajouter.  Je me laisse donc aller à la faciliter quitte à ressembler à tout ces autres blogs où l'on y mets des photos, blogs que pourtant je continue à décrier le vide éditorial ; CE blog n'est pas comme çà vous avez déjà pu le constater je pense au fil des différentes rubriques qui l'anime et je nai pas plus besoin de m'en justifier (c'était la minute "je me la pête grave")
     
    LA DEFENSE
     
    AM
     
    http://www.ladefense.fr/ 
     
     
    BASILIQUE DU SACRE COEUR
     
    SAM_0629
    AM_0628
     
    http://www.chocolaterielarnicol.fr/
     
    Une petite merveille de gourmandise en decà de la Basilique, à l'entrée d'une chocolaterie familiale, la maison Larnicol, une réplique exacte de Notre-Dame entièrement faite de chocolat, réalisée par un employé de la boutique, m'a-t-on dit, qui lui a demandé 210 heures pour réaliser ce chef-d'oeuvre.
     
    SAM_0639
    Google Bookmarks

    6 commentaires