• Ce sujet fait le gros titres de la presse, le harcèlement scolaire peut parfois aller très loin, on dénombre notamment un nombre impressionnant de suicides chez des jeunes de moins de 18 ans. Alors que faire ? J'ai peut-être une proposition à soumettre, ça vaut ce que ça vaut...

    D'abord, un message à toutes les victimes, filtrez le plus possible vos contacts sur les réseaux sociaux, supprimez les plus malfaisants, bloquez-les après avoir relevé leur pseudos, parlez-en à vos familles, à la direction de votre collège/lycée, à la gendarmerie. Ne vous laissez pas intimider, ce sont souvent que des mots sortant de la bouche de lâches ! CE NE SONT QUE DES MOTS, INJURES, MENACES... Ca fait mal mais il faut surmonter celà, relativiser et prendre de la hauteur ! L'agression psychologique n'a d'importance que si elle touche sa victime à l'âme et au coeur !

     

    Ensuite, une autre solution radicale mais qui fait débat ; une bonne claque dans la gueule aux harceleurs ! Ca remet les idées en place.

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Depuis que notre Président a clairement tourné le dos au projet dit centriste pour un capitalisme oligarchique exacerbé, je me suis intéressé à la définition même du concept politique Le Centre en France, et c'est en me replongeant dans des coupures de presse que j'ai trouvé une -relative- bonne réponse ; il s'agit de l'Edito de Jacques Julliard dans le magazine Marianne d'avril/mai 2016. Une leçon d'idéologie politique qu'Emmanuel Macron pourrait sans doute réviser, s'il voulait bien :

     

    Franck Schweitzer

     

    « quand un préjugé bénéficie à la fois de l'ancienneté et du consensus général, il ne se rend jamais, pas même à l'évidence. C'est que le fameux clivage n'est pas une spécialité française, mais bel et bien le principe organisateur de la démocratie. Pas de démocratie sans alternance.../... c'est pourquoi dans toute assemblée délibérante, il y a une tendance naturelle à se scinder en deux.../... Il s'agit de réaliser le rassemblement central des honnêtes gens. Pourquoi cela ne marche-t-il jamais ? D'abord parce que la formule centriste se condamne elle-même à affronter la double opposition, l'une d'extrême-droite, l'autre d'extrême-gauche. Ensuite parce qu'en bannissant a priori de l'arc gouvernemental gauche radicale et droite radicale, elle fait de tout électeurs des citoyens hors système, des bannis de la loi du milieu. Enfin parce que la formule centriste ne permet pas d'alternance démocratique normale ; elle fait de tout mécontent un extrémiste, obligé pour s'exprimer de se jeter dans les bras de l'un ou l'autre des extrêmes. Un bon président doit donc avoir en lui quelque chose du camp d'en face selon qu'il saura ou non maîtriser ce double impératif d'enracinement dans un camp et de dépassement de l'horizon partisan, la tentative d'Emmanuel Macron prendra la forme d'un ballon d'essai ou d'une bulle de savon. »

     

    Jacques Julliard

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • parce que c'était trop tentant...

     

    arbitrage Tapie

     

     

    (c) montage perso

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Présidentielles 2017 - ouf !!

     

     Au soir des résultats du 2e tour, je pense qu'on a tous poussé un grand ouf de soulagement ; même s'il y avait peu de chances que Marine Le Pen l'emporte face au favori. Emmanuel Macron 8e Président de la Ve République Française, le plus jeune, le plus beau, charismatique, empathique... les superlatifs ne manquent pas : Mais être élu à plus de 60% avec un taux d'abstention et de vote blancs records d'une part, et n'avoir été élu non pas sur un programme mais uniquement pour éviter d'avoir l'extrême-droite à la tête de l'Etat, il n'y a pas de quoi s'en féliciter non plus.

    Il les a tous eu en effet à gauche comme à droite, et Bayrou a eu un flair incroyable sur ce coup-là ! Macron a réussi à ringardiser et bouleverser tout le corps politique traditionnel, après avoir créé le mouvement EM ! il y a à peine un an (mouvement politique que tout le monde aujourd'hui souhaite rejoindre par ailleurs). Véritable tour de force effectué avec audace, panache et la grâce d'un presque quarantenaire qu'il est. Le PS amené à disparaître sous sa forme actuelle, LR en crise ouverte et le FN qui est en train de perdre beaucoup plus de sa crédibilité après la désertion de la nièce Le Pen alors que le 3e tour a d'ores et déjà débuté.

    Sans parler des alliances et des ralliements divers et variés, qu'en est-il réellement du projet politique d'Emmanuel Macron ? Là est le vrai questionnement.

    Je n'irais pas jusqu'à dire « faisons-lui confiance » mais « donnons-lui sa chance » car c'est indéniable qu'il représente le souffle nouveau dont le pays avait besoin, le dynamisme aidant, et la vision qu'il a, sont autant d'atouts que le monde entier nous envie. C'est un peu notre Obama à nous ; espérons qu'il s'en sortira mieux que l'ancien Président des USA.

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    J'ai vu l'intégralité de ce débat et je dois dire être extrêmement rassuré et conforté dans l'idée que je me fais depuis longtemps sur l'extrême-droite ! J'ai vu une Marine Le Pen faisant preuve d'un amateurisme hallucinant avec sa pile de dossiers grossièrement feuilleté, dont elle lit les fiches, montre face caméra des coupures de presse, une Marine Le Pen qui ne répond jamais aux questions qu'on lui pose, mais qui préfère pointer du doigt les erreurs de ses adversaires avec la violence verbale, les contre-vérités et le cynisme qu'on lui connaît. Une Marine Le Pen faisant dans la vulgarité, qui se couche littéralement dans son fauteuil, ce qui dénote un total manque de respect pour son adversaire mais plus encore pour les télespectateurs. Une Marine Le Pen totalement désarmée vers la fin non seulement lorsqu'elle ne comprend pas qu'elle doit donner sa « carte blanche » mais en fait lorsqu'on se rend compte qu'elle n'en pas, et elle dit ! J'ai adoré le calme olympien, le sourire de Macron et le fait qu'il prenne au vol les perches énormes que la candidate frontiste lui tend, pour les lui renvoyer façon boomerang. En bref, la première heure m'a fatigué tant on était dans le dialogue de sourd et les attaques en tout genre ; mais tout du long je suis relativement déçu voire choqué de ce débat de deux candidats à la présidentielles, car pour moi c'était une foire à la saucisse, un marché ouvert et sauvage, un échange agressif mais pas le rendez-vous télévisuel que des millions d'électeurs attendaient. Finalement j'ai presque envie de donner raison aux abstentionnistes et aux votes blancs. Mais ne nous trompons pas, ALLONS VOTER !

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire