• gaspillage je dis stop !

     

    C'est un véritable scandale alimentaire, économique et écologique qui se pose à nous ! Plus d'un milliards de tonnes de déchets dans le monde chaque année ; C'est le triste constat que font tout les spécialistes. Le politique est totalement démuni quant à trouver des solutions, mais pas leurs électeurs ; en France lors des dernières européennes, le parti écolo de Yannick Jadot a créé la surprise en s'imposant 3e au scrutin final (devant la droite et la gauche traditionnelles) c'est dire que les français se sentent concernés par la « question verte » ; l'hexagone se trouve désormais en tête des pays d'Europe parmi d'autres, avec la question environnementale comme question centrale dans les débats. Nous devrons encore attendre longtemps avant que des décisions sérieuses et efficaces soient prises en haut lieux, alors que pouvons-pous faire, nous ; population du monde industrialisé ? Lutter contre le gaspillage alimentaire par exemple en se posant les bonnes questions ; quoi acheter ? En ai-je vraiment besoin ? Que choisir entre la marque au slogan accrocheur et le simple jus d'oranges premier prix ?

     

    Un exemple qui pour moi est la première des priorité et qui devrait intéresser les fabricants : L'inutilité d'acheter des packs d'eau minérale ! alors que l'eau du robinet est souvent très bonne (des contrôles sont effectués régulièrement par les Agences Régionales de Santé agréées par le Ministère de la santé). « en France l'eau qui coule à nos robinets est parmi la plus sûre au monde » révèle Philippe Harteman, professeur de santé publique. Nous constatons tout les jours les familles à pied ou en voiture s'embêter à porter ces charges inutiles de packs d'eau d'1L du magasin jusqu'à leur domicile. (un pack de 6 bouteilles d'eau est égal à 9kg) Imaginez le gain de place dans les cuisines et les réfrigérateurs sans ces encombrantes bouteilles en plastiques (bouteilles et sachets plastique aussi, qui est le déchet que l'on retrouve le plus dans nos rivières et océans et le premier déchet polluant au monde, une véritable catastrophe. Dernier fait divers datant du 4 avril, en Italie un cachalot a été retrouvé mort, avec 22 kilos de plastiques dans le ventre. Cà donne à réfléchir).

     

    Que faudrait-il faire alors pour mieux consommer, moins jeter, tout en préservant la planète ? Privilégier je pense, le hard-discount et le primeur, aux hypermarchés et à la concurrence à-tout-va ! Faire des choix stratégiques quant à la quantité à acheter pour la semaine et selon le nombre de personnes du foyer, supprimer les emballages (dits packaging à la mode) du produit qui seul lui, nous intéresse finalement, cet emballage plastique ou carton qui d'ailleurs justifie le prix exorbitant du produit vendu ; ou enfin, faire son propre compost même si on vit en appartement et qu'on n'a pas son propre jardin, un résidu de marc de café ou des épluchures de citron peuvent être utiles au soin du visage ou comme nettoyant naturel pour la vaisselle... On préfèrera toujours nous vendre moults produits dégraissants avec des super-pouvoirs ou que sais-je.. Plutôt que de vanter les mérites du vinaigre d'alcool blanc, (j'en ai déjà parlé dans un précédent post) dont le résultat et l'efficacité en terme de propreté n'est plus à prouver.

     

    Tout les secteurs d'activités sont concernés : la surproduction, une mauvaise gestion des stocks, la rupture de la chaîne du froid, etc. Les solutions existent, il suffit de prendre conscience qu'on peut changer les habitudes, même avec de petits moyens c'est possible ! Car un petit moyen additionné à pleins d'autres petits moyens, ça peut faire bouger des montagnes. Encore faudrait-il que nos chers actionnaires du CAC 40 cessent de ne voir que leur profit. Le fric toujours le fric ; en attendant notre pauvre planète bleue est en sursis, se réchauffe et implosera un jour prochain. Nous ne serons plus là pour assister à cette apocalypse, mais les générations futures si. « vous saviez et vous n'avez rien fait » lira-t-on !

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Depuis 1982, chaque région de France est dotée d’un Fonds Régional d'Art Contemporain dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère de la culture et de la communication. En 1991, le Frac Centre VDL oriente sa collection sur le rapport entre art et architecture. Il se tourne alors vers l’acquisition de projets d’architecture expérimentaux et prospectifs des années 1950 à aujourd’hui. Cette collection comprend aujourd’hui quelque 300 œuvres d'artistes, 800 maquettes d’architecture et 14 000 dessins dont des fonds d’architectes.

    En 1999 est organisée la première édition des Rencontres Internationales d’Architecture d’Orléans, sur le site orléanais des subsistances militaires. L'évènement devient rapidement une référence incontournable en matière de prospective architecturale. En 2013, le Frac Centre-Val de Loire s'installe complètement sur le site des subsistances militaires, accompagné de la construction du bâtiment Turbulences un bâtiment conçu par le duo d'architectes Jakob + Macfarlane. En 2017, est organisé la première édition de La Biennale d'Architecture d'Orléans, intitulée « Marcher dans le rêve d'un autre ».

    © wikipedia © photos persos Franck Schweitzer

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    Hormis l'architecture du lieu que je trouve vraiment très beau et audacieux ; autant l'exposition vedette du mois d'avril 2019 "superstudio" m'a laissé de marbre. Bien que la demoiselle visiblement étudiante-dilettante aux beaux-arts et néanmoins sympathique, ai redoublé d'effort pour m'expliquer tant bien que mal ce que je n'avais pas compris, c'est-à-dire à peu près tout : la vision apocalyptique et totalitaire de l'artiste notamment, je n'ai ni aimé, ni adhéré... ni photographié la moindre "sculpture" ou "dessin" du collectif d'artistes octagénaires italiens.

    ORLEANS - le F.R.A.C.

    C'est sur une note en demi-teinte, que se termine ce périple à Orléans.

    Je poursuis néanmoins mes petites escapades dans le Pays de la Loire, avec de nouvelles destinations et certaines anciennes, notamment Le Mans ou encore la Ferté-Bernard...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    Jamais je ne suis resté aussi longtemps pour voir une exposition, et jamais avec autant de gravité et d'émotion. Je ressentais tout au plus profond de mon âme, partagé entre la douleur indescriptible de ce qui s'est passé, que par la colère et la haine que m'inspiraient les rapports de police de l'Etat de Vichy ; hyper-technocratisé, froid et calculateur. La naïveté des victimes... L'impuissance anachronique... aussi ! La formule consacrée "si j'avais pu faire quelque chose pour jamais rien de tout cela n'arrive" est totalement absurde mais je me souviens l'avoir chuchotée au fur et à mesure que j'avançais dans ce musée ! Les mots (maux ?) étants superflus, reste les images...

     

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    vous remarquerez le motif d'internement qui vous glace le sang : "surnombre dans l'économie nationale" ... qui fait écho à l'idéologie nazie elle-même : Les juifs occupent une trop grande place parmi les postes-clefs dans l'économie du monde.

    ORLEANS -Mémorial des enfants du vel d'hiv

    A la boutique j'ai acheté pour 6€ "La vie à en mourir / lettres de fusillés 1941-1944" choisies et présentées par Guy KRIVOPISSKO, éditions Points.Histoire

     

    (c) Franck SCHWEITZER

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    Né à la Révolution, le musée des Beaux-Arts d'Orléans, musée de France, compte parmi les plus riches et les plus anciens musées français. Les 700 oeuvres exposées (peintures, sculptures, objets d'art) de sa collection permanente couvrent la création artistique européenne du XVe au XXIe siècle. Pendant la Révolution française, les oeuvres d'art saisies chez les émigrés et dans les établissements religieux de la ville sont rassemblées par le mécène et collectionneur Aignan -Thomas Desfriches et le peintre Jean Bardin dans un musée ouvert au public de 1797 à 1804. Refondé en 1823 à l'initiative du comte de Bizemont, élu de la ville, le musée s'installe dans l'hôtel des Créneaux. Les dons des Orléanais affluent, rapidement suivis d'achats et de dépôts de l'État plus tardifs. L'ampleur du fonds nécessite la séparation, en 1855, des collections beaux-arts de celles d'art décoratif, d'archéologie et d'histoire de la ville.

    Depuis 1984, le musée s'étend sur cinq niveaux dans un bâtiment moderne conçu par l'architecte Christian Langlois, face à la cathédrale. Le musée est renommé pour ses collections françaises des XVIIe et XVIIIe siècles, dont une partie du décor peint du château de Richelieu et des oeuvres des plus grands artistes français de l'époque. Le musée possède aussi un cabinet exceptionnel de pastels, le plus riche de France après celui du Louvre, Les courants de l'art au XIXe (romantisme, académisme, réalisme, éclectisme, peinture d'histoire, paysages...) sont représentés à travers des oeuvres de Delacroix, Courbet, Gauguin... Enfin, le musée propose un panorama de l'art moderne et contemporain avec des oeuvres de Tamara de Lempicka, Picasso, Soutine, Roger Toulouse, Olivier Debré...

    Le musée abrite aussi dans ses réserves plus de 1 200 peintures, 500 sculptures et 1 200 objets d'art ainsi qu'un exceptionnel cabinet d'arts graphiques, de 10 000 dessins et 50 000 estampes, dont les oeuvres sont régulièrement montrées lors d'expositions temporaires.

     

    © musees-regioncentre.fr/

    photos perso © Franck Schweitzer

     

     

    ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    ORLEANS - Musée des Beaux-Arts

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jeanne MAS le retour 2019/2020

     

    Exilée depuis 2005 aux USA, elle revient en multipliant ce printemps 2019 les plateaux télés et radios, pour nous livrer une quintuple actualité, à savoir d'abord ce livre « réminiscences », une autobiographie de 270 pages, plus artistique que personnelle sur ses années de gloire, ses prises de position chères payées, son retrait médiatique, ses doutes, sa soif de liberté. Un Triple best-of du même nom paraît également. Jeanne revient aussi et surtout avec un nouvel album « goodbye je reviendrais » dont personne ne parle, pas même la principale intéressée. Se fiche-t-elle de la promo ou ne sait-elle pas se vendre ? Ce qui m'étonnerai, après 35 ans de carrière. Troisième actu plus intimiste, une pièce de théatre « dans la peau de Superman » dont les représentations auront lieues en province. C'est une comédie signée Dorothy Greene, mis en scène par Olivier Macé qui raconte les mésaventures d'un couple de cinquantenaire qui, après avoir tout perdu, se retrouvent à vivre dans une HLM. Pour survivre Jacques, déguisé en Superman fait des selfies à 5€ avec des clients d'une grande chaîne de magasin. De son côté, son épouse Marie, répond aux avances de son voisin. Conscient qu'il risque de perdre sa femme, Jacques va tout tenter pour s'en sortir et retrouver leur vie d'avant.

    Enfin, Jeanne Mas défendra les couleurs de son nouvel album et de quelques uns de ses tubes à l'Olympia les 8 et 9 avril 2020.

     

    Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

    ORLEANS - Cathédrale Ste-Croix

     

     

    (c) photos perso Franck Schweitzer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger « google6e6010bdabe64bbc.html »

     

    Egibilité de compte Youtube

    Google Bookmarks

  • LE JARDIN DES PLANTES

    ORLEANS -jardin des plantes

     

    En 1640, la Société des apothicaires crée un jardin botanique afin d'y cultiver des plantes médicinales. Lieu d'acclimatation des plantes rares, arrivées des contrées exotiques par les bateaux de Loire et site d'études et d'instruction. L'orangerie et les serres chaudes sont construites à cette époque. A la fin du 19ème siècle, la recherche de décors floraux dans un cadre arboré prime sur l'étude scientifique du végétal. Aujourd'hui, le jardin des plantes est aussi un lieu d'expérimentation et de découverte du végétal. C'est ici que les jardiniers testent, essaient, observent et éprouvent les végétaux et les techniques de fleurissement et d'entretien plus respectueuses de notre environnement. Il est un des outils du Développement Durable et prolonge au 21ème siècle les missions entamées au 17ème

    Au 19ème siècle, Michel-Eugène Chevreul, éminent chimiste et directeur de la Manufacture des Gobelins, est saisi des plaintes de teinturiers qui observent que certaines teintures ne donnent pas les couleurs qu'on en attend. Il a l'intuition que les problèmes les plus délicats sont de nature non pas chimique mais optique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, mais les tons colorés qui se trouvent à proximité. Il se fait alors connaître des peintres pour sa loi du contraste simultané des couleurs qui marqua l'impressionnisme. Le jardin propose un massif arbustif coloré composé sur la base des travaux de ce grand savant.

     

     

    © orlans-metropole.fr

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    ORLEANS -jardin des plantes

    (c) clichés perso Franck SCHWEITZER

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

     

    l'HOTEL GROSLOT

    Hôtel particulier du XVIe siècle  appelé également Maison du Gouverneur ou encore l'Intendance ; ce futl'ancien Hôtel de ville d'Orléans et accueille aujourd’hui la célébration des mariages. Il est classé Monument historique depuis 1862. Une grande statue en bronze de Jeanne d’Arc due à la princesse Marie d’Orléans veille sur ce vaste monument Renaissance. La statue date, du milieu du XIXe siècle. Elle est l'oeuvre de la princesse Marie d'Orléans.

     

    Jacques Groslot, bailli de la ville, fit construire à la Renaissance cette maison qui, après la Révolution, devint l'Hôtel de Ville. Il accueille notamment les rois François II et Charles IX ainsi que Catherine de Médicis. Pour mieux répondre à ses nouvelles fonctions, l'hôtel fit alors l'objet de profonds remaniements, notamment l'ajout de deux ailes. La décoration intérieure, réalisée entre 1850 et 1854, est signée Albert Delton. Ses salons s'enorgueillissent de plusieurs pièces remarquables : un coffre en bois offert par Louis XI aux chanoines de Saint-Aignan, ainsi que divers tableaux : Plafonds à caisson, murs tendus de toile peinte, lambris à moulures, mobilier recouvert de cuir et lourdement sculpté… Derrière la façade de briques rouges, l’histoire de cette demeure privée transformée au fil du temps en «maison commune» : le salon d’honneur, l’ancienne salle du conseil, l’ancien bureau du maire, et enfin la salle des mariages où mourut François II.

     

    © orleans-metropole.fr

    © tourismeloiret.com/fr

    © wikipedia

    photos perso Franck Schweitzer

     

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

     

    --------------------------------------------

    LOIRE ART SHOW

    "Des fresques sur les murs avant démolition, une ambiance guinguette dans la cour... C'est le programme alléchant du Loire art show. Le collège Anatole-Bailly, abandonné depuis 2008, va tomber. Trois grandes écoles vont s'y installer. Les travaux ont d'ailleurs déjà en partie commencé ; mais avant, dans un dernier baroud d'honneur, des artistes de street-art investiront les lieux pour mettre des couleurs sur les murs. Les tableaux noirs n'y sont plus, mais peu importe.

    Les artistes ont investi les lieux depuis une semaine déjà pour certains, et pour l'événement, l'association Sacre bleu, qui organise le Loire Art show, a invité à Orléans plusieurs dessinateurs reconnus dans le milieu de l'art urbain. Parmi eux : Grems (également rappeur), Charles Foussard, Nicolas Barrome Forgues, Jean-Michel Ouvry, Koye, le collectif Aerophone, etc. Tous ont réalisé des oeuvres sur deux étages. Le public a donc libre accès aux salles pour admirer leurs dessins créés spécifiquement. Dans le cadre de la programmation Hors les murs, des concerts de DJ sets seront organisés durant le festival. Les artistes locaux seront à l'honneur : Nero, Supafuh, Suly K, DJ West, Selekta... Dans la cour du collège seront mise en place, stands de boissons, snacks, tables et chaises."

    © la république du centre

    Photos perso Franck Schweitzer

    /!\ Cet article a été réécrit - par mes soins - au présent, pour une meilleur compréhension du texte et écourté pour tirer un max d'infos en un minimum de mots.

    il s'agit toujours d'une sélection personnelle de ce que j'ai le plus apprécié ; toutes les oeuvres ne sont pas représentées ici.

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

     

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    ORLEANS - hôtel Groslot & Art Show

    Google Bookmarks

    votre commentaire